•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un député expose ses doutes sur les changements climatiques devant des élèves

Vue sur un homme avec veston debout devant une classe d'élèves.

Le député fédéral Blain Calkins a rencontré des élèves de 7e et 8e année à l'école La Prairie à Red Deer vendredi.

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Radio-Canada

Un député fédéral conservateur a exposé ses doutes sur les changements climatiques vendredi dernier lors d'une période de questions qui se déroulait dans une école secondaire en Alberta.

Le député Blaine Calkins a répondu aux questions d’élèves de 7e et 8e année à l’École La Prairie, à Red Deer. Parmi celles-ci, l’une faisait référence à la taxe carbone qu’Ottawa imposera aux provinces pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Blaine Calkins a répondu aux jeunes que le Parti conservateur et lui-même s’opposent à cette taxe avant d’en profiter pour expliquer son opinion à ce sujet.

« Dans un premier temps, le gouvernement parle de cette taxe comme étant une taxe sur la pollution. Je pense que la question de savoir si le dioxyde de carbone est considéré ou non comme de la pollution se pose. Je suis biologiste. Je sais que le dioxyde de carbone est en fait de la nourriture pour les plantes, donc, il y a des arguments pour et contre », a dit le député aux élèves.

Un manque de contexte

Shawn Marshall, professeur au département de géographie de l'Université de Calgary et titulaire d'une chaire de recherche du Canada sur les changements climatiques, se dit préoccupé qu’un député conservateur fédéral soit venu faire de la « désinformation climatique » dans une école secondaire.

L’expert considère toutefois que les propos du député ne sont pas faux, mais qu’ils manquent de contexte.

« Bien sûr que les plantes ont besoin de CO2 », dit Shawn Marshall.

« Vous savez, les enfants apprennent ça avant d’arriver en 7e ou 8e année. Le problème, c'est que les plantes peuvent absorber du CO2, mais qu'elles ne peuvent pas absorber toute la quantité de CO2 que l'on produit », précise le professeur.

Selon lui, ce n’est pas nouveau d’entendre des politiciens opposés à la taxe sur le carbone faire de telles déclarations sur les changements climatiques. Ce qui l’inquiète, en revanche, c’est que le message ait été adressé à des élèves du secondaire.

Le député conservateur a par ailleurs ajouté que l’exploitation des énergies fossiles a un impact sur l’environnement. Toutefois, il doute que ce soit ce qui cause les événements météorologiques extrêmes.

Il y a plus de personnes [sur la Terre] aujourd’hui. Lorsqu’il y a une catastrophe naturelle, un plus grand nombre de personnes sont touchées parce que les chances de l’être sont plus élevées.

Blaine Calkins, député conservateur fédéral

D’après Shawn Marshall, ce commentaire n’est pas non plus tout à fait faux. « Cette déclaration est vraie. Il y a une plus grande population qui peut être vulnérable à ce genre d’événements météorologiques extrêmes. Toutefois, les changements climatiques en sont aussi responsables », dit-il.

Réponse de la commission scolaire

Selon Robert Lessard, directeur général du conseil scolaire Centre-Nord, il s'agit là des idées du député. Il assure que, dans les cours de science, les élèves parlent des faits et qu'on leur explique le cycle biologique du carbone et son impact sur la planète.

Le député conservateur n'a pas répondu à une demande d'entrevue de Radio-Canada.

Avec les informations de Laurent Pirot.

Alberta

Politique