•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des travailleurs de l'Office d'habitation de l'Outaouais votent en faveur de la grève

Des personnes rassemblées dehors avec des drapeaux de la CSN.
Des manifestants devant l'Office municipal d'habitation de Gatineau. Photo: Radio-Canada / Olivier Plante

Une trentaine de manifestants ont donné de la voix mercredi sur le coup de midi devant l'Office d'habitation de l'Outaouais (OHO) pour dénoncer leurs conditions salariales, au lendemain d'un vote à 98 % en faveur d'une grève.

Cette dernière pourra être déclenchée au moment jugé opportun, selon un communiqué de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) publié mardi.

Les salaires sont au coeur des négociations entre l'employeur et le syndicat.

Ce que les gens revendiquent, c'est d'avoir un salaire peu près équivalent à celui offert dans les autres offices municipaux d'habitation (OMH) à travers le Québec, explique Michel Quijada, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Outaouais CSN.

Depuis un an, il y a 22 travailleurs qui étaient à l'emploi de l'OHO et qui ont quitté. Les conditions de travail et les conditions salariales sont inacceptables

Michel Quijada, président du Conseil central des syndicats nationaux de l'Outaouais CSN

Selon les chiffres avancés, certains employés toucheraient jusqu'à quatre dollars de l'heure de moins à Gatineau que dans d'autres villes du Québec.

Au début de l'année 2019, on va avoir un rapport qui va venir faire le comparatif entre les offices municipaux d'habitation au Québec pour être capable justement de démontrer à l'employeur les différences qu'il y a entre l'OMH de Gatineau et les autres OMH au Québec, renchérit pour sa part Denis Savard, président du secteur municipal de la Fédération des employées et employés de services - CSN.

Jamais il n'y a eu d'augmentation de salaire qui équivalent au coût de la vie, alors ces gens s'appauvrissent sans arrêt, tout le temps. Et ce qui est sur la table, c'est encore un appauvrissement, poursuit M. Quijada.

Une pancarte qui indique l'Office d'habitation de l'Outaouais.Les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses de l'Office d'habitation de l'Outaouais - CSN (STTOMHG) ont voté à 98% en faveur de la grève. Photo : Radio-Canada / Olivier Plante

De son côté, la porte-parole de l'OHO avance plutôt que leurs salaires s'apparentent aux offices municipaux d'habitation de villes de la même taille, comme Longueuil ou Saguenay.

Il faut comparer des pommes avec des pommes. À Montréal et à Québec, ce sont d'autres réalités, a argué Karina Osiecka, qui n'a pas non plus été en mesure de fournir des chiffres précis.

Mercredi, une rencontre de négociations aura lieu entre le syndicat et l'employeur. En fonction de l'issue des négociations, les employés syndiqués pourraient déclencher une grève.

L'OHO dit avoir confiance d'en arriver à une entente. Si jamais il y a une grève, on va s'assurer que ça n'affecte pas nos locataires et les requérants qui ont besoin de services, a affirmé Mme Osiecka.

Reloger les sinistrés des tornades

L'OHO a notamment comme responsabilité de réintégrer les sinistrés des tornades dans leur logement, de les reloger ou de rechercher des appartements. À ce titre, M. Quijada a défendu le travail des employés de l'OMHG après les tornades.

Ottawa-Gatineau

Relations de travail