•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec accorde 7,5 millions de plus aux universités en région

Jean-François Roberge, documents en main, est debout à l'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Éducation du Québec, Jean-Francois Roberge, à l'Assemblée nationale, le 4 décembre. Photo: La Presse canadienne / Jacques Boissinot
Édith Drouin

Québec octroie un montant supplémentaire de 7,5 millions de dollars aux établissements régionaux de l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, à Chicoutimi, en Outaouais, à Rimouski et à Trois-Rivières. Ce financement leur servira à contribuer davantage au développement socioéconomique de leurs régions respectives.

Le ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, a dit vouloir réparer les pots cassés du précédent gouvernement avec cette nouvelle mesure.

Il explique que les fonds octroyés au développement et à la concertation régionale ont été coupés lors de la mise en place de la nouvelle règle de financement des universités en mai dernier.

Ces fonds totalisaient environ 15 millions de dollars. Le gouvernement caquiste en réinjecte donc la moitié.

Cette compression-là a fait mal, parce qu’elle a attaqué la mission même des universités de l’UQ en région, parce que c’était un financement qui était [consacré] à la concertation économique et régionale.

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur

Les montants accordés aux différentes universités seront injectés pendant l’année financière en cours, une mesure que le ministre qualifie d'exceptionnelle.

Sommes accordées par université

Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) : 1,8 M$
Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) : 2,1 M$
Université du Québec en Outaouais (UQO) : 1 M$
Université du Québec à Rimouski (UQAR) : 1,6 M$
Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) : 1 M$

Interrogé sur le financement général des universités, le ministre Roberge n’a pas voulu se prononcer sur les sommes qui pourraient être accordées dans le prochain budget. Il a toutefois affirmé qu’il continuait de dialoguer avec les responsables des universités pour bonifier le financement des établissements.

M. Roberge a parlé d’un refinancement graduel du réseau d’enseignement supérieur et d'une amélioration de la formule de financement des établissements. Il ne s’est pas engagé à augmenter aussi le budget des cégeps, mais a affirmé que ces derniers ne seraient pas oubliés.

Les universités se réjouissent

Dans un communiqué, les universités touchées ont dit se réjouir de la mesure annoncée par le gouvernement provincial.

Elles ont indiqué que ce financement était essentiel pour leur permettre de contribuer au dynamisme des régions. C’est d’ailleurs ce qu’a affirmé le recteur de l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet, en entrevue à l’émission D’est en est.

On perçoit ça nous, du côté de l’UQAR, comme étant un signal très très fort de la part du gouvernement de l’importance de la mission des universités en région.

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l’UQAR

Le recteur dit par contre espérer que ce financement sera récurrent.

Il souhaite également qu’un correctif soit apporté à la formule de financement des universités.

Une partie du financement est octroyée en fonction du nombre d’étudiants, ce qui nuit à certaines universités comme l’UQAR, où la clientèle est à la baisse.

Bas-Saint-Laurent

Enseignement universitaire