•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre belge présente sa démission

Le premier ministre belge Charles Michel
Le premier ministre belge Charles Michel Photo: Reuters / Piroschka Van De Wouw

Le premier ministre belge Charles Michel jette l'éponge, quelques jours après le départ de la coalition gouvernementale des nationalistes flamands, opposés à une adhésion de la Belgique au Pacte mondial de l'ONU sur les migrations. Le roi a mis sa décision « en suspens », en attendant des consultations qui auront lieu dans les prochains jours.

Depuis le départ des ministres nationalistes flamands de la N-VA, Charles Michel se retrouvait de facto à la tête d'un gouvernement privé de majorité à la Chambre des députés.

Fragilisé, il a appelé à plusieurs reprises l’opposition à le soutenir dans plusieurs dossiers-clés afin de permettre à son gouvernement de continuer à fonctionner.

Le premier ministre s’est toutefois rendu à l’évidence que son appel « n'a pas été entendu », quand les socialistes et les écologistes ont annoncé le dépôt d'une motion visant à le renverser.

Je prends donc la décision de présenter ma démission et mon intention est de me rendre chez le roi immédiatement.

Le premier ministre belge Charles Michel

« Le premier ministre Charles Michel a été reçu en audience au Château Laeken pour présenter la démission du gouvernement. Le roi tient sa décision en suspens », a écrit sur Twitter le Palais royal.

La N-VA avait retiré son soutien à la coalition à la veille du déplacement de Charles Michel, le 10 décembre, à Marrakech, pour approuver le Pacte sur les migrations au nom de la Belgique.

Même si l'accord n'est pas contraignant, les nationalistes flamands estiment qu'il ouvre la voie à une perte de souveraineté pour définir la politique migratoire du pays.

Plusieurs collectifs d’extrême droite et identitaire, notamment flamands, ont manifesté dimanche dernier dans les rues de Bruxelles pour dénoncer le pacte onusien.

Les prochaines élections doivent avoir lieu en mai 2019.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Politique internationale

International