•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Villa Livernois laissée à l'abandon 

La maison Livernois, placardée et entourée d'une barrière

La maison Livernois

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Louise Boisvert

Un groupe de citoyens se mobilisent pour sauver la Villa Livernois du quartier Duberger–Les Saules. Cette maison à valeur patrimoniale supérieure, selon le site Internet de la Ville de Québec, est aujourd'hui placardée.

Le groupe de citoyens, dont fait partie l’historienne Catherine Ferland, a demandé l'intervention du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Québec pour protéger la Villa et en limiter l’accès.

Dans une page Facebook lancée en septembre, le groupe déplore que le site acquis il y a quelques années par les Immeubles Tandem soit laissé à l’abandon. Les portes et fenêtres ont été placardées.

Or, Mme Ferland souligne que la Maison Livernois, qui a appartenu au début du siècle dernier à Jules-Ernest Livernois, célèbre homme d'affaires et photographe de Québec, revêt un caractère patrimonial.

Un des côtés de la maison LivernoisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La maison Livernois

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Elle a des détails architecturaux qu'on ne retrouve pas ailleurs dans d'autres bâtiments de Québec de la même époque.

L'Historienne Catherine Ferland

Ce qui fait la renommée de cette demeure est d'abord son architecture de style néo-Renaissance italienne, souligne l'historienne membre de la Société d'Histoire Les Rivières. Il s'agit d'un des rares exemples de ce type architectural dans la ville de Québec.

Vaste domaine

La première résidence Livernois vers 1890, BANQ, fonds Livernois 77237Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La première résidence Livernois vers 1890, BANQ, fonds Livernois 77237

Photo : Courtoisie Ville de Québec / Ville de Québec

En retrait du boulevard Masson, aux abords des rivières Lorette et Saint-Charles, la demeure a été construite à l'époque de la grande bourgeoisie de Québec, qui lorgnait les vastes terrains aux abords des cours d'eau pour y aménager de véritables domaines de villégiature.

Il y avait des jardins, des écuries, des barques.

« C'était presque un domaine récréotouristique privé », lance amusée Catherine Ferland.

La tourelle centrale de plusieurs étages, l'oeil-de-boeuf et l'escalier typique des maisons bourgeoises de l'époque en bois massif font aussi partie des particularités de cette propriété.

Villa Livernois : vue de l'escalier central en 2014Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Villa Livernois : vue de l'escalier central en 2014

Photo : Courtoisie Ville de Québec / Ville de Québec

« À l'intérieur, il y avait des portes avec des vitraux qui évoquaient le village natal en France de la famille Livernois », ajoute celle qui a visité l'endroit il y a quelques années.

Cette résidence a subi plusieurs modifications au cours des années. Des bâtiments ont été ajoutés entre autres pour accueillir des communautés religieuses.

« L'intégration des nouvelles parties n'est pas très heureuse », déplore Catherine Ferland.

Une reconnaissance limitée

La Ville de Québec reconnaît le caractère unique du bâtiment auquel elle a attribué une valeur patrimoniale supérieure. La portée de cette reconnaissance semble cependant limitée, car le bâtiment s'est grandement détérioré depuis les deux dernières années.

Les citoyens craignent que les promoteurs laissent le bâtiment se dégrader jusqu'à ce que sa démolition ne devienne inévitable.

Villa Livernois : vue des portes françaises en 2014Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Villa Livernois : vue des portes françaises en 2014

Photo : Courtoisie Ville de Québec / Ville de Québec

Valérie Martel, qui est à l’origine du groupe de citoyens pour sauver la Maison Livernois, demande à la Ville de Québec d’agir pour forcer le propriétaire à entretenir les lieux et protéger le bâtiment.

« C’est une maison spéciale, qui a été habitée par une famille spéciale, il faut la protéger. »

Valérie Martel a constaté l’ensemble des dégâts lors d’une récente visite. « Il y a de la moisissure, il y une odeur insupportable, les planchers sont défoncés », raconte-t-elle.

Par courriel, la Ville se dit pour sa part « prête à accompagner tout promoteur qui souhaiterait redévelopper le site en conservant et en mettant en valeur la Villa Livernois ».

Préserver une partie de la maison

Selon nos informations, les Immeubles Tandem qui ont acquis le terrain peinent à trouver des promoteurs qui accepteront de conserver l'ancienne partie de la maison, selon les exigences de la Ville de Québec.

Une contrainte qui représenterait des investissements importants et qui décourage les promoteurs. Le terrain et ses bâtiments ont une valeur 1,7 million de dollars, selon le site Internet des Immeubles Tandem.

L'entreprise n'a pas voulu commenter ces informations.

Québec

Société