•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faisabilité du 3e lien : Christian Dubé revient sur ses propos

Vue du pont Pierre-Laporte et du pont de Québec sur fond de coucher  de soleil
Le pont Pierre-Laporte et le pont de Québec Photo: iStock
Louis Gagné

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, se rétracte et affirme que la faisabilité du troisième lien entre Québec et Lévis n'est plus à démontrer. Il assure que le projet ira de l'avant, comme l'a répété son gouvernement à maintes reprises.

« Le gouvernement a pris un engagement et nous irons de l’avant avec le 3ème lien. L’étude de faisabilité nous indiquera les meilleures options pour le réaliser et les coûts reliés à celles-ci », a écrit M. Dubé sur son compte Twitter mardi.

Cette déclaration contraste avec les propos qu’il a tenus lundi en entrevue à l’émission Midi info. Christian Dubé a laissé entendre que le gouvernement pourrait renoncer à construire un troisième lien si les études démontrent que le projet n’est pas faisable.

« Le troisième lien, il y a une volonté de le faire, on est très clairs, mais il faut que cette étude-là démontre la faisabilité », a déclaré M. Dubé.

« Alors, ce n’est pas certain? » lui a demandé l’animateur Michel C. Auger.

« Bien, ce n’est jamais certain tant qu’on n’a pas les études pour le faire », a répondu le président du Conseil du Trésor.

Le président du Conseil du Trésor, le ministre Christian Dubé.Christian Dubé, ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor au micro de Michel C. Auger, le lundi 17 décembre 2018 Photo : Radio-Canada / Photo : Dimitri Katadotis

« Bon gestionnaire »

Le grand argentier du gouvernement a soutenu qu’en tant que « bon gestionnaire », il devait attendre les résultats de l’étude avant de délier les cordons de la bourse.

Christian Dubé a fait un parallèle entre le projet de troisième lien et celui du Réseau express métropolitain (REM) sur lequel il a travaillé lors de son passage à la Caisse de dépôt et placement du Québec.

« Le REM, les gens avaient de la difficulté au début à y croire tant qu’on n’avait pas développé des études qui étaient sérieuses, qui montraient la faisabilité. Moi, je dirais que c’est la même chose avec le troisième lien », a fait valoir le ministre.

Pour le troisième lien, il y a des études qui sont en cours en ce moment, des études qui vont nous dire qu’est-ce que ça coûte, la faisabilité de tout ça.

Christian Dubé, président du Conseil du Trésor

Il y aura un 3e lien, martèle Guilbault

Mardi matin, la ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, a affirmé que le troisième lien verrait le jour, même si le gouvernement n’a pas encore en main les résultats de l’étude de faisabilité.

« Un troisième lien à l'est de la ville de Québec, c'est une promesse phare de notre gouvernement. C'est un engagement qu'on entend réaliser », a-t-elle insisté.

Évidemment, on doit savoir quelle forme précise prendra le projet, c'est encore à déterminer. Mais chose certaine, ça va se réaliser.

Geneviève Guilbault, la ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale
Geneviève Guilbault répond aux questions des journalistes lors d’une mêlée de presse à Saint-Augustin-de-Desmaures le mardi 18 décembre 2018.La ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault Photo : Radio-Canada

Saine gestion

Invitée à réagir aux propos tenus la veille par Christian Dubé, elle a indiqué que ce dernier avait probablement voulu rappeler les préoccupations du gouvernement par rapport à la saine gestion des finances publiques.

Geneviève Guilbault a précisé que tous ses collègues au sein du conseil des ministres étaient d’accord pour réaliser le projet « au meilleur coût possible ».

« Si vous me posez la question : "Est-ce qu'on veut faire n'importe quel projet à n'importe quel coût?", la réponse va être non, dans le sens où on veut avoir un projet qui se tient, un projet qui est responsable en termes de gestion des fonds publics, mais oui, ce projet-là va être réalisé », a réitéré la ministre.

Québec

Politique provinciale