•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Voyez-vous le père Noël de la Station spatiale internationale? »

L’astronaute canadien David Saint-Jacques a lu pour la première fois « Le Club des explorateurs » depuis la Station spatiale internationale. Photo: La Presse canadienne / Paul Chiasson
Radio-Canada

L'Agence spatiale canadienne publie un livre pour susciter l'intérêt des enfants de 6 à 8 ans pour l'espace, l'apprentissage et la lecture. L'astronaute David Saint-Jacques en a fait la lecture à haute voix en direct de la Station spatiale internationale, mardi, avant de répondre à quelques questions posées par des entants.

Intitulé Le Club des explorateurs, il s'agit d'un livre électronique qui met en vedette quatre enfants inspirés par le départ en mission de l’astronaute canadien.

« Même quand le travail m’amène loin de chez moi, je veux continuer à lire des histoires à l’heure du coucher. C’est un moment privilégié pour moi », confie David Saint-Jacques.

Comme il a exprimé le souhait de poursuivre cette tradition, l’Agence spatiale s’est inspirée de lui pour créer une histoire à raconter aux enfants, qui peut être téléchargée gratuitement sur son site Internet (Nouvelle fenêtre).

J’espère qu’avec ce livre électronique Le Club des explorateurs, vos petits rêveront d’espace.

L’astronaute canadien David Saint-Jacques

L’astronaute en a fait la lecture pour la première fois devant les élèves de 2e année de l’école des Saints-Anges de Saint-Lambert, son école primaire, avant de répondre à leurs questions.


Q : Enfant, est-ce vous pensiez déjà à devenir astronaute?

R : Oui. Je rêvais de l’espace. Mais je ne pensais pas que c’était possible d’être astronaute. Mais je rêvais d'être un explorateur. C’est un peu la même chose.

La salle où a eu lieu la diffusion en direct de l'espace.Le récit s'est fait devant les élèves de l’école des Saints-Anges de Saint-Lambert. Photo : Radio-Canada / Catherine Gauthier

Q : Est-ce que vous fêtez Noël dans l’espace? Et est-ce vous pouvez voir le père Noël de la Station spatiale internationale?

R : Oui, on va fêter Noël, avec des gens de tous les pays. On va fêter Noël ensemble, en pensant à nos familles. On a amené chacun de la nourriture spéciale de notre pays pour faire goûter à nos amis.

Et le père Noël, je ne sais pas si je vais réussir à le voir. On voit le pôle Nord d'ici, mais il est au bord de l’horizon. On va essayer de le regarder avec de bonnes jumelles et voir si on peut réussir à le voir.

Q : Quel travail faites-vous dans la Station spatiale internationale?

R : La Station spatiale internationale, c’est un laboratoire. On fait de la recherche scientifique. Ça veut dire qu’on étudie le corps humain, la matière, les étoiles, la Terre. C’est un peu comme une université.

Aussi, il faut la réparer quand les choses sont cassées. Il y a plein de machines, alors on passe beaucoup de temps à réparer.

On nettoie aussi, parce que c'est notre maison. On vit ici, alors c'est une partie de notre travail de s'occuper de notre station, de la Station spatiale internationale. La garder en bon état, comme toi tu t’occupes de ta chambre.

Q : Est-ce que vous pouvez voir les zones les plus polluées de la planète Terre?

R : La pollution, parfois, on la voit quand on vole au-dessus des grandes villes. On peut voir comme un nuage gris. C’est la chose la plus facile à voir qui montre la pollution de l’air.

Parfois, on voit aussi l'effet du réchauffement climatique, parce qu’on voit que les glaciers sont plus petits dans les montagnes qu’ils l’étaient il y a 100 ans.

Un élève avec une fusée sur son pyjama.Des élèves vêtus de leur pyjama ont posé des questions à David Saint-Jacques. Photo : Radio-Canada / Catherine Gauthier

Q : Quelle était votre activité préférée à l’école primaire et dans quelle matière étiez-vous le meilleur?

R : J’aimais les cours d’arts plastiques, parce j’aimais beaucoup le bricolage. Et puis ma matière préférée? J’aimais beaucoup ça, moi, le français. J’aimais beaucoup ça, lire et écrire.

Q : Comment faites-vous pour garder vos os et vos muscles forts dans l’espace?

R : L’exercice, c’est très important, parce que si on ne fait rien dans l’espace, on va perdre tous nos muscles et tous nos os et quand je vais revenir sur Terre, je ne pourrai plus marcher.

On a une machine d'exercices, et on fait deux heures d’exercices par jour. On a aussi un vélo stationnaire et un tapis roulant, ainsi qu’une machine pour les poids et haltères. Avec ça, on peut rester en très grande forme.

Q : Quelle est votre routine dans l’espace?

R : On vit des journées à peu près normales. On n’est pas à l’heure du Canada, par contre. On vit à l’heure de l'Angleterre, 6 heures plus tard.

On se réveille vers 6 h le matin. On se brosse les dents, on se lave, on déjeuner, puis on parle à notre chef à Houston pour planifier notre journée. Et puis, on travaille jusqu’au dîner. On fait ensuite de l'exercice et on travaille tout l’après-midi. Le soir, on parle encore à notre chef pour parler de la journée. Après le souper, on a le temps de parler avec notre famille.

Q : Comment faites-vous pour vous laver dans l’espace?

R : On ne peut pas prendre de douche. L’eau ne tomberait pas dans le fond de la douche. Elle flotterait. Donc, je prends un sac d’eau. L’eau coule comme un bulle dans l'espace. On la met ensuite sur nous, où elle colle, puis on peut se frotter avec un peu de savon. Quand on est propre, on prend une serviette pour enlever l’eau. C’est un peu comme pour un bébé, un morceau à la fois.


Pour voir ou revoir toutes les réponses de David Saint-Jacques aux questions des enfants :


L'astronaute canadien David Saint-Jacques a quitté la Terre à destination de la Station spatiale internationale le 3 décembre. Pendant sa mission de 6 mois, il effectuera une série d'expériences scientifiques et des tâches de robotique.

Espace

Science