•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison de pêche aux poulamons commencera le 26 décembre

Tracteur qui dépose une cabane sur la glace à Sainte-Anne-de-la-Pérade
Les cabanes sont en train d'être installées sur la rivière Saint-Anne, en vue du début de la pêche aux poulamons. Photo: Radio-Canada / Jérôme Roy

Avec le froid qui est arrivé tôt cette année, l'Association des pourvoyeurs de pêche aux petits poissons des chenaux affirme que le 81e Festival de pêche aux petits poissons des chenaux pourra bel et bien commencer le 26 décembre.

Les préparatifs vont bon train. Les cabanes des pourvoyeurs commencent à faire leur apparition sur la glace de la rivière Sainte-Anne.

Dès le 20 novembre déjà presque 100 % de la rivière était gelée, ce qui fait en sorte qu'on peut préparer le village de pêche sur un couvert de glace qui est de presque 20 pouces, donc pour nous, ça va très bien, explique Steve Massicotte, le président de l'Association des pourvoyeurs de pêche aux petits poissons des chenaux.

En date du 18 décembre, environ 100 cabanes avaient été installées.

Cabanes sur la rivière Sainte-Anne près du pontLe village de pêche commence à prendre forme sur la rivière Sainte-Anne. Photo : Radio-Canada / Jérôme Roy

La députée de Champlain, Sonia LeBel, promet de parler au Festival de pêche aux petits poissons des chenaux.

Elle participait mardi à la traditionnelle conférence de presse de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne en vue du début de la saison.

Le festival, qui se déroule à Sainte-Anne-de-la-Pérade, se terminera le 17 février.

2 personnes à côté de la mascotteLa députée de Champlain, Sonia LeBel et le président de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne aux côtés de la mascotte du Festival de pêche aux petits poissons des chenaux. Photo : Radio-Canada / Jérôme Roy

L’an dernier, pour le 80e anniversaire du festival, la pêche aux poulamons avait aussi pu commencer au lendemain de Noël.

À l’hiver 2015-2016, la saison n’avait pas pu commencer avant la mi-janvier, ce qui avait entraîné de lourdes pertes pour les pourvoyeurs.

D'après les informations de Jérôme Roy

Mauricie et Centre du Québec

Chasse et pêche