•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le commissaire à l'intégrité enquête sur le rôle de Doug Ford dans la nomination de Ron Taverner

Ron Taverner, du Service de police de Toronto
Ron Taverner, du Service de police de Toronto Photo: CBC
Jean-François Morissette

Le commissaire à l'intégrité de l'Ontario, David Wake, confirme avoir ouvert une enquête sur le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, et sur son rôle dans la nomination de Ron Taverner à la tête de la Police provinciale de l'Ontario (PPO).

En Chambre, la ministre de la Sécurité communautaire, Sylvia Jones a à nouveau défendu la décision d'embaucher Ron Taverner, indiquant qu’il était un excellent choix , et affirme qu’elle souhaite que le commissaire à l’intégrité puisse faire son travail d’enquête avant de se prononcer.

La procureure générale, Caroline Mulroney, a affirmé pour sa part que le gouvernement respectera la décision du commissaire à l’intégrité.

Pour la première fois mardi, le commissaire à l’intégrité, David Wake, a confirmé avoir ouvert une enquête sur le rôle du premier ministre dans la nomination de l'un de ses proches à la tête de la PPO.

La ministre Jones a précisé à la sortie de la Chambre qu’elle s’attend à ce que les conclusions de l’enquête donnent raison au gouvernement.

Une femme avec des lunettesLa ministre de la Sécurité communautaire, Sylvia Jones. Photo : Radio-Canada

J'ai bon espoir que lorsque le commissaire à l’intégrité arrivera à ses conclusions, il trouvera que le processus s’est fait sans anicroche, a-t-elle avancé.

Laissons le commissaire à l’intégrité faire son travail et j'ai bon espoir qu’en fin de compte, nous aurons Ron Taverner à la tête de la PPO.

Sylvia Jones, ministre de la Sécurité communautaire

En point de presse mardi, le premier ministre Ford s’est porté à la défense de M. Taverner, ajoutant qu’il sera le meilleur chef que la PPO ait jamais eu.

La ministre Jones martèle par ailleurs que le choix de Ron Taverner a été « unanime » et « indépendant ».

Mme Jones ajoute que les agents de la PPO sont heureux du choix de M. Taverner.

Une enquête publique

Lors de la première période de questions de cette session du temps des Fêtes, le Nouveau Parti démocratique (NPD) demande également que le commissaire à l'intégrité lance une enquête publique sur la nomination de Ron Taverner.

Le NPD croit qu’en vertu des articles 33 et 34 de la Loi sur les enquêtes publiques, le commissaire à l’intégrité peut déclencher ce type d’enquête. Bien que la chef de l’opposition officielle, Andrea Horwath, avoue que la mesure est exceptionnelle, elle croit qu’il s’agit de la seule manière de faire la lumière sur les allégations de favoritisme dans ce dossier.

La ministre de la Sécurité communautaire, Sylvia Jones, a avoué que le gouvernement a abaissé les critères d’embauche pour le nouveau commissaire de la PPO.

Un enquêteur indépendant

Marie-France Lalonde, députée libérale d’Orléans, estime que la décision de maintenir la nomination de Ron Taverner à la tête de la PPO est un « désastre ».

Il est important d’avoir une enquête indépendante dirigée par un ancien juge ou quelqu’un qui n’est pas nommé par ce gouvernement.

Marie-France Lalonde, députée libérale

Selon elle, rien ne permet de croire pour le moment qu’il n’y a pas eu d’ingérence politique de la part du premier ministre Doug Ford dans ce dossier.

Toronto

Politique provinciale