•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il faut plus de routes pour les véhicules électriques, dit Legault

Les explications de Mathieu Dion
Radio-Canada

Pour le premier ministre du Québec, de nouvelles routes seront nécessaires pour faire circuler les véhicules électriques. Au micro de Claude Bernatchez à Radio-Canada Québec, François Legault a aussi exclu implicitement de tenir la Conférence des nations unies sur les changements climatiques au Québec dans deux ans.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Nouvelles routes, prolongement ou élargissement d’autoroutes et 3e lien entre Québec et Lévis… tout cela va de soi quand on regarde « l’ensemble du portrait », d’après François Legault.

Si on veut des véhicules électriques, que ce soit des autos, des camions ou des autobus électriques, ça va prendre des routes pour les faire circuler.

François Legault, premier ministre du Québec

Il est important de « comprendre que le Québec, c’est grand », a-t-il fait valoir pour justifier ses choix. « Allez vous promener dans Chaudières-Appalaches. La densité de population n’est pas suffisante pour avoir un réseau complet de transport en commun. »

Dans les régions, les citoyens « ont besoin de la voiture et des routes pour circuler ».

Le 3e lien répondrait donc à ce besoin et il serait important de « boucler la boucle » dans la région de Québec où, actuellement, les deux ponts sont un à côté de l’autre. « Je ne sais pas qui a pensé à ça », s’est exclamé M. Legault.

Et quand l’animateur lui demande si son gouvernement prendra en considération l’impact des gaz à effet de serre dans la décision de construire ou non cette infrastructure, le premier ministre répond tout simplement que ce sera évalué.

Une COP26 au Québec peu probable

La conférence mondiale sur le climat vient tout juste de se conclure en Pologne que déjà certains pensent à tenir l’événement au Québec prochainement.

Car si la COP25 a lieu au Chili l’année prochaine, le pays où se tiendra la conférence suivante reste à être déterminé.

A priori, François Legault semble peu intéressé par l’idée de la tenir ici, malgré la charge symbolique qui vient avec la tenue d'un tel événement.

« Les comités, les forums, les rassemblements, j’aime bien ça, a-t-il dit, mais j’aime encore mieux l’action. »

Il souhaite avant tout se « concentrer sur les premières années du mandat à poser des gestes qui vont réduire les GES » afin que le Québec devienne d’abord un « modèle ».

« L’énergie sale » de l’Alberta

Le premier ministre a été une fois encore appelé à s'expliquer pour avoir qualifié le pétrole albertain « d'énergie sale » lors de la dernière rencontre des premiers ministres du Canada à Montréal.

Lundi, le maire de Calgary, Naheed Nenshi, a été hué pour avoir prononcé quelques mots en français lors d’un rassemblement pro-pétrole où il tentait de convaincre les Québécois de l’importance de l’industrie pétrolière albertaine.

François Legault estime qu'il faut mettre ces réactions et cette « surenchère » en « contexte », car il y aura au printemps une élection en Alberta. Il rappelle aussi que sa déclaration intervenait alors que de nombreux premiers ministres au pays font pression pour faire renaître un projet de pipeline qui traverserait le territoire québécois.

Un tel projet serait rejeté d’emblée par M. Legault, puisqu’il n’y a pas d’acceptabilité sociale.

« La pression qui est venue autour de la table, a-t-il expliqué, c’était de dire que le Québec reçoit 13 milliards de péréquation par année sur un budget de 112 milliards parce qu’on est moins riche que le reste du Canada. Donc, acceptez n’importe quoi! »

Cet événement lui rappelle « l’importance de devenir indépendant de la péréquation ».

Politique provinciale

Politique