•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Joseph-Alphonse Ouimet, le père de la télévision canadienne

    Téléjournal, 20 décembre 1988
    Radio-Canada

    Il y a 30 ans s'éteignait J. Alphonse Ouimet, un pionnier de la communication de masse au Canada. Nos archives témoignent de la vision et de l'apport de cet ingénieur devenu président de la Société Radio-Canada.

    « Un ingénieur d’une grande érudition », c’est ainsi que l’animateur Bernard Derome présente le grand disparu au Téléjournal du 20 décembre 1988.

    Le journaliste Gérard Decelles dresse le fil de sa carrière.

    En 1932, Alphonse Ouimet a mis au point le premier récepteur de télévision construit au Canada sans toutefois pouvoir commercialiser cette technologie d’avant-garde. L’heure était encore à la radio.

    Alphonse Ouimet fait son entrée à Radio-Canada en 1936, l’année même la création de la société d’État.

    D’abord engagé comme ingénieur, il monte rapidement les grades au sein de Radio-Canada.

    On lui doit notamment l’expansion de la radio de Radio-Canada d’un océan à l’autre et la couverture pancanadienne de grands événements, à commencer par la visite du roi George VI en 1939.

    En 1953, un an après l’arrivée de la télévision au Canada, Alphonse Ouimet devient le plus jeune directeur général de la Société Radio-Canada. Il donnera tout son élan à ce nouveau média.

    Il occupera par la suite le poste de président de Radio-Canada de 1958 à 1967, année de l’Expo 67 dont le déploiement télévisuel marquera également les esprits.

    Le réseau de Radio-Canada

    Voici Radio-Canada, 3 juin 1962

    Le 3 juin 1962, à l’émission anniversaire Voici Radio-Canada, Alphonse Ouimet explique la mission de Radio-Canada à l’animateur René Lecavalier. Il se raconte comme président de Radio-Canada, mais aussi comme inventeur.

    « Nous étions vingt ans trop tôt », déclare-t-il à propos du récepteur de télévision qu’il a créé dans les années 30.

    Devant une carte géante du Canada, il expose par la suite l’étendue du réseau de la télévision de Radio-Canada et les défis posés par le territoire canadien.

    Cette réalisation de Radio-Canada est unique au monde, car elle est dans les deux langues.

    Alphonse Ouimet

    Le président de Radio-Canada décrit la société d’État qu’il dirige comme un courant de vie dont la mission est d’atteindre tous les Canadiens.

    Radio-Canada a été une création continue pour le public, en collaboration avec le public et aussi, il faut le dire, grâce à l’argent du public.

    Alphonse Ouimet

    La révolution Anik

    Alphonse Ouimet se démarquera également comme précurseur de la communication satellitaire.

    En 1972, il lance avec Telesat Canada le premier satellite géostationnaire au monde pour les télécommunications internes, Anik.

    Actualités 24, 9 novembre 1972

    À la veille de la mise en orbite du satellite Anik I, Alphonse Ouimet est l’invité du magazine d’information Actualités 24 animé par Wilfrid Lemoyne.

    À l’aide d’un modèle réduit, il explique avec enthousiasme ce nouveau moyen de communication à la journaliste Andréanne Lafond.

    L’idée de rejoindre tous les Canadiens n’est jamais bien loin dans la vision d’Alphonse Ouimet.

    Le satellite de Telesat Canada vise à élargir la diffusion de Radio-Canada vers le Nord et ainsi atteindre les populations autochtones. « Anik » signifie d'ailleurs « petit frère » en langue inuite.

    Mission accomplie : Le signal du premier satellite Anik sera accessible où que l'on se trouve au Canada.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société