•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rivière Lorette : Legault donne raison à Labeaume et critique le ministère de l'Environnement

François Legault à l'émission Première heure.
François Legault à l'émission Première heure. Photo: Radio-Canada / Alice Chiche
Jean-François Nadeau

Le premier ministre du Québec donne raison au maire Labeaume dans le dossier de la rivière Lorette. François Legault affirme que le ministère de l'Environnement va devoir agir plus rapidement.

Le maire de Québec souligne que le ministère de l'Environnement sera le seul responsable si la rivière Lorette déborde à nouveau.

Les premiers documents pour la réalisation de travaux dans le secteur ont été transmis au ministère en 2012. La Ville de Québec attend toujours l'autorisation du ministère pour compléter les travaux.

Les inondations près de la rivière Lorette en 2014Les inondations près de la rivière Lorette en 2014 Photo : Radio-Canada

Jusqu'à maintenant, 36 M$ ont été investis. Il reste un autre 10 M$ à effectuer en travaux pour éviter des inondations futures.

Selon les derniers échéanciers discutés lundi en comité plénier, ces travaux ne seront pas entamés avant 2020.

Les délais n'ont pas de bon sens au ministère de l'Environnement. C'est le sujet dont j'entends le plus parler.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre ne cache pas son mécontentement face à cette situation. Il a d'ailleurs demandé à la ministre de l'Environnement, MarieChantal Chassé, de réduire la lourdeur administrative au sein du ministère.

« Ce n'est pas une question de réduire les standards. C'est une question de réduire les délais, s'assurer que les projets qui sont nécessaires soient réalisés. Qu'on se fie aux élus locaux », explique François Legault.

Un troisième lien essentiel

François Legault a par ailleurs profité de son passage au micro de Première heure pour rappeler que la réalisation du 3e lien est nécessaire pour la région de Chaudière-Appalaches.

« Allez vous promener dans Chaudière-Appalaches. La densité de population n'est pas suffisante pour avoir un réseau complet de transport en commun. Ils ont besoin de leurs voitures. Présentement, les deux ponts sont côte à côte. Je ne sais pas qui a pensé à ça. C'est important de boucler la boucle », mentionne François Legault.

Il affirme que la construction d'un nouveau lien routier entre les deux rives peut se faire tout en respectant l'environnement.

« On va mesurer l'impact sur l'émission des gaz à effet de serre dans l'évaluation du projet, assure-t-il. Si on veut des véhicules électriques, ça va prendre des routes pour les faire circuler. »

Politique provinciale

Politique