•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro One et Avista demandent à l'État de Washington de revenir sur sa décision

Une affiche d'Hydro One
Hydro One compte sur l'acquisition d'Avista pour prendre de l'expansion aux États-Unis. Photo: La Presse canadienne / Darren Calabrese
Radio-Canada

Le distributeur d'électricité ontarien Hydro One a présenté une requête officielle à la Commission des services publics et des transports de l'État de Washington pour tenter de convaincre l'organisation de donner le feu vert à son acquisition de la compagnie d'électricité et de gaz naturel Avista.

La Commission a bloqué la transaction de 6,7 milliards de dollars au début du mois, citant l'ingérence politique du gouvernement Ford dans les affaires d'Hydro One.

Après avoir pris le pouvoir l'été dernier, le premier ministre Doug Ford a obtenu la tête du PDG d'Hydro One et du conseil d'administration de la société privatisée partiellement.

M. Ford a défendu son intervention, rappelant qu'il tenait ainsi sa promesse électorale de se débarrasser de Mayo Schmidt qu'il avait qualifié d'homme de 6 millions de dollars, en référence à son salaire.

Dans des documents soumis lundi à la Commission des services publics de l'État de Washington, Hydro One et Avista soutiennent que l'organisation a mal jugé du risque d'ingérence politique, en plus de sous-estimer la valeur de la transaction pour les abonnés d'Avista.

Hydro One et Avista demandent à la Commission de se pencher à nouveau sur leur cause et d'inclure dans ses délibérations une lettre du ministre adjoint de l'Énergie de l'Ontario et le témoignage du nouveau PDG d'Hydro One.

Les deux sociétés voudraient que les nouvelles procédures soient terminées d'ici la fin janvier, soit avant la date butoir du 29 mars à laquelle l'offre d'acquisition doit expirer.

Si la transaction est rejetée à nouveau, Hydro One pourrait devoir payer des pénalités de dizaines de millions.

Avista fournit en électricité et en gaz naturel plus de 600 000 clients des États de Washington, de l'Idaho et de l'Orégon.

Avec les informations de La Presse canadienne

Énergie

Économie