•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Labeaume s’inquiète de voir les Hurons-Wendats acheter les terrains de la Défense nationale

Terrains dans le secteur de Sainte-Foy
Le projet de la nation huronne-wendate viserait des aménagements résidentiels et commerciaux « à échelle humaine ». Photo: Radio-Canada / Carl Boivin
Radio-Canada

Le maire Labeaume a des inquiétudes sur la possibilité que la nation huronne-wendate achète les terrains de la Défense nationale situés derrière les centres commerciaux de Sainte-Foy.

Radio-Canada révélait récemment que les Hurons-Wendats sont en discussion avec Ottawa pour acheter ces terrains de 123 000 mètres carrés afin d'agrandir la réserve de Wendake.

La valeur marchande de ces terres est évaluée à 35 millions de dollars.

La Ville de Québec a été tenue à l'écart des discussions.

Régis Labeaume se pose pourtant plusieurs questions, à savoir notamment s’il pourrait y avoir du développement commercial à cet endroit.

« Je ne sais pas encore comment réagir parce que ça ne me tente pas d’avoir le singe sur l’épaule, dit-il de façon imagée. C’est sûr qu’on est pas mal chez nous, c’est un peu fatigant. »

Carte représentant les terrains de la Défense nationale dans le secteur de Sainte-FoyCarte représentant les terrains de la Défense nationale dans le secteur de Sainte-Foy Photo : Radio-Canada

Le maire surpris

Le maire Labeaume est surpris d'apprendre que des commerces pourraient y être aménagés.

« Je n’avais jamais entendu parler de ça. J’ai lu [lundi] matin qu’il pourrait y avoir du résidentiel et du commercial », ajoute-t-il.

Là, il va falloir qu’on se parle, parce que du commercial, on ne fait pas ça n’importe où.

Régis Labeaume, maire de Québec

Le grand chef Konrad Sioui affirme pour sa part vouloir doubler les espaces résidentiels de la réserve en développant cette parcelle de terrains.

L’actuel territoire de Wendake, enclavé au coeur de Québec dans le secteur de Loretteville, fait à peine quelques kilomètres carrés et la nation huronne-wendate y manque d'espace, souligne Konrad Sioui.

Jean-Yves Duclos ouvert à l'idée

Le député fédéral de Québec et ministre de la Famille, Jean-Yves Duclos, croit que le projet de la nation huronne-wendate peut être une bonne occasion pour rebâtir les ponts entre le gouvernement fédéral et les peuples autochtones.

« Le gouvernement canadien a non seulement l'obligation, mais l'opportunité de profiter de cette occasion pour travailler avec la nation huronne-wendate, affime-t-il. C'est dans un esprit de réconciliation et d'affirmation des peuples autochtones. Ça a le potentiel d'être un projet extraordinaire pour la région de Québec. »

Autochtones

Société