•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les programmes visés par les compressions « fonctionnaient bien », selon les enseignants

Le portrait d'une femme

Liz Stuart, présidente de l’Association des enseignants des écoles catholiques anglophones de l’Ontario

Photo : Radio-Canada / CBC News

CBC News

Les enseignants ontariens dénoncent une réduction des fonds alloués aux programmes des écoles spécialisées par le gouvernement provincial, affirmant que cette initiative a été prise sans la recherche ni les consultations appropriées et aura des répercussions sur les élèves marginalisés.

Selon Liz Stuart, présidente de l’Association des enseignants des écoles catholiques anglophones de l’Ontario, de nombreux programmes qui devront être annulés fonctionnaient bien. L'association compte près de 45 000 membres qui travaillent dans des écoles catholiques anglophones de l'Ontario financées par des fonds publics.

Il ne fait aucun doute que ces coupes vont avoir un impact négatif sur les élèves et les salles de classe en particulier, compte tenu de la décision du gouvernement de les appliquer au milieu de l'année scolaire, a déclaré Mme Stuart dans un communiqué publié lundi.

Des compressions qui envoient un « signal inquiétant »

Les programmes d’enseignement primaire et secondaire qui perdront tout financement ou verront leur financement réduit comprennent des aides à la santé mentale, des initiatives d’éducation autochtone et des programmes de lutte contre la pauvreté. Ils ont été développés pour répondre aux priorités définies par le gouvernement ainsi que par les enseignants, les parents et les élèves.

Selon Mme Stuart, ces compressions envoient un « signal inquiétant » sur l'approche du gouvernement en matière d'éducation. Le ministère ontarien de l'Éducation a fini de consulter le public sur le sujet samedi, mais il a annoncé la réduction vendredi avant la fin des consultations, a-t-elle noté.

Il est regrettable que le gouvernement n'ait pas pris le temps de consulter de manière appropriée les enseignants et les autres acteurs du monde de l'éducation qui auraient pu leur expliquer l'impact de ces réductions sur le bien-être et la réussite des élèves, a-t-elle déclaré.

Le portrait d'un homme derrière un lutrin

Sam Hammond, président de la Fédération des enseignantes et des enseignants élémentaires de l'Ontario

Photo : Radio-Canada / Grant Linton/CBC News

Décision « extrêmement téméraire et impitoyable »

Sam Hammond, président de la Fédération des enseignantes et des enseignants élémentaires de l'Ontario, qui compte 83 000 membres travaillant dans les écoles élémentaires publiques de la province, a déclaré que la décision était « extrêmement téméraire et impitoyable ».

M. Hammond a déclaré que le syndicat s'opposait aux réductions, car les programmes étaient essentiels pour les étudiants qui avaient besoin d'une aide supplémentaire.

Ces réductions affecteront les étudiants à différents niveaux, a déclaré lundi M. Hammond. La plupart des programmes supprimés sont des programmes de vulgarisation vitaux pour les étudiants marginalisés et vulnérables. Cela va supprimer le soutien supplémentaire dont disposent ces étudiants.

Il a rejeté une affirmation du gouvernement selon laquelle ces programmes représentent du gaspillage. Le gouvernement parle d’une mauvaise gestion des fonds. Je trouve cela difficile à croire, a-t-il déclaré.

Je ne crois pas une seule minute que la recherche qui devait être faite sur ces programmes soit terminée. Nous pensons que les décisions ont été prises à la hâte.

M. Hammond affirme s'être assis en face de la ministre de l'Éducation, Lisa Thompson, lors d'une réunion tenue la semaine dernière et qu'elle n'a « d'aucune manière » indiqué que les compressions étaient imminentes. Selon lui, la manière sournoise avec laquelle les compressions ont été annoncées était « inquiétante ».

Seulement pour l'année scolaire 2018-2019, dit la province

Selon Kayla Iafelice, attachée de presse de la ministre Thompson, les compressions ne concernent que l'année scolaire 2018-2019.

Comme vous le savez, nous avons récemment terminé nos consultations en matière d'éducation et une fois ces données analysées et examinées, nous examinerons à nouveau ces programmes pour voir quels supports peuvent être mis en place pour soutenir un programme révisé, a déclaré Mme Iafelice par courriel lundi.

Mme Iafelice rappelle que, pour l'exercice 2018-2019, les paiements de transfert totaliseront 400 millions de dollars, 25 millions de dollars de moins que l’an dernier.

Toronto

Éducation