•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un dessin de l'ensemble des 4 immeubles

Le complexe immobilier Le Phare

Photo : Groupe Dallaire

Radio-Canada

Les élus de la Ville de Québec ont adopté à majorité le règlement qui permet la réalisation du projet immobilier Le Phare. Cinq conseillers de l'opposition ont voté contre.

Un texte de Louise Boisvert

La Ville a franchi une nouvelle étape dans le dossier du projet immobilier le Phare. Lundi, les élus ont adopté le règlement qui permet au projet de voir le jour sans être soumis au processus référendaire.

La Ville a toutefois apporté une modification au règlement. Elle exige du promoteur qu’il termine les travaux d’aménagement d’un pôle d’échange souterrain pour le projet de réseau structurant, avant le 1er janvier 2022.

L’objectif est de s’assurer que le promoteur, le Groupe Dallaire, procède en priorité à ces aménagements pour ne pas retarder l’échéancier du projet de la Ville de Québec.

« Dans le respect de la qualité de vie des citoyens du secteur, je ne peux pas accepter le projet de règlement », s’est exprimé le conseiller indépendant, Yvon Bussières.

Québec 21 et Démocratie Québec ont aussi voté contre le projet de règlement.

Dernière tentative des citoyens

Quelques citoyens ont pris la parole pour convaincre la Ville de retarder le projet pour reprendre le processus de consultation publique depuis le début. « Le projet gagnerait en pertinence et en acceptabilité sociale » a déclaré Huguette Lépine, ancienne présidente du conseil de quartier Saint-Louis.

Une pétition de 2000 signatures a aussi été déposée au conseil.

Le maire de Québec a répété qu’il était temps de poser un geste pour revitaliser la porte d’entrée de la Capitale-Nationale qu’il a qualifiée de « misérable ».

« On n’est pas obligé d’être unanime sur le projet », a-t-il rappelé aux citoyens.

Visiblement de la tournure des événements, l’ancien conseiller municipal et avocat municipal, François Marchand, a bien failli devoir quitter la salle sous escorte policière après avoir refusé de s’asseoir lorsqu'interpellé le maire.

« Laissez-le faire, a dit le maire aux policiers dans la salle. C’est ce qu’il cherche. »

Québec

Politique municipale