•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'avocat d'Edward Downey demande au jury de ne pas condamner la mauvaise personne

Trois photos montrant Edward Downey, Sarah Baillie et Taliyah Marsman.
Edward Downey est accusé des meurtres au premier degré de Sara Baillie et de Taliyah Marsman. Photo: CBC/Instagram/Facebook

L'avocat d'Edward Downey, l'homme accusé du meurtre d'une mère et de sa fille à Calgary, a demandé lundi aux jurés de ne pas aggraver la tragédie en condamnant la mauvaise personne.

Edward Downey, 48 ans, est accusé des meurtres au premier degré de Sara Baillie, 34 ans, et de Taliyah Marsman, 5 ans.

L’avocat de la défense, Gavin Wolch, estime que tout le monde s'entend sur le fait que ce qui est arrivé est terrible, mais a demandé au jury de « ne pas aggraver cette tragédie en accusant M. Downey pour quelque chose qu’il n’a pas fait ».

Le corps de Sara Baillie a été retrouvé dans un panier à linge dans le placard de la chambre de sa fille le 11 juillet 2016 alors que cette dernière était toujours portée disparue. Des fragments d'empreintes digitales de l’accusé ont été retrouvés sur le ruban adhésif qui avait été collé sur le visage et le cou de la victime.

Le corps de Taliyah Marsman a, lui, été retrouvé trois jours plus tard dans des buissons dans l’est de la métropole. La mère et la fille sont mortes asphyxiées.

La Couronne a étayé l’hypothèse que l’accusé tenait Sara Baillie pour responsable d’avoir brisé sa relation amoureuse. Pour Edward Downey, si sa petite amie refusait aussi de travailler comme prostituée, c’était la faute de Sara Baillie, la meilleure amie de cette dernière, croit la Couronne. D’après les procureurs, la petite Taliyah aurait été tuée, car elle aurait pu identifier l’accusé.

« Ce prétendu motif ne vaut rien », répond l’avocat Gavin Wolch.

La défense ajoute qu'il n'y avait aucune apparence d'animosité lorsque Sara Baillie et Edward Downey s’étaient vus brièvement lors d'une réunion de famille, deux jours avant qu'elle ne soit retrouvée morte.

Lors de son témoignage pendant le procès, Edward Downey a par ailleurs avoué qu’il était dans l’appartement de Sara Baillie le jour de la tragédie. Il a raconté avoir rencontré deux hommes sur les lieux pour acheter de la cocaïne. Selon lui, l’un des hommes s’appelait Terrance et l’autre était un ami de ce dernier. En quittant l'appartement, l’accusé aurait entendu Terrance se disputer avec Sara Baillie dans la chambre. Edward Downey soutient que Terrance a demandé, pendant la querelle, d'avoir du ruban adhésif.

L'avocat de la défense soutient que de l'ADN de trois différents hommes a été prélevé sur le ruban adhésif et qu'aucun n'a pu être lié avec certitude à son client.

Selon la Couronne, l’accusé invente carrément l'existence des deux autres hommes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Alberta

Crimes et délits