•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un refuge pour les femmes musulmanes à Calgary

Maria Arshad de l'organisme de bienfaisance Nisa Homes pose pour la caméra.
Maria Arshad, de l'organisme de bienfaisance Nisa Homes, annonce l'ouverture d'un refuge pour femmes musulmanes à Calgary. Photo: Radio-Canada / Dan McGarvey/CBC
CBC

Les femmes et les enfants musulmans qui veulent fuir des situations familiales violentes auront bientôt un refuge qui pourra répondre à leurs besoins en tenant compte de leurs perspectives culturelles particulières.

Bien que de nombreuses organisations à Calgary offrent des services aux femmes musulmanes pour échapper à la violence domestique, il n’existe pas de centres d’accueil spécialisés pour les personnes de confession musulmane.

C’est toujours plus facile pour les femmes de ne pas avoir à se justifier de certaines pratiques culturelles, surtout lorsqu’elles sont déjà dans une situation compliquée.

Maria Arshad, gestionnaire à Nisa Homes

Nisa Homes est une réalisation de la National Zakat Fondation. Cet organisme de bienfaisance fait présentement une collecte de fonds dans l’intention de louer ou d’acheter une maison de cinq à six chambres à coucher dans la ville de Calgary.

Pour le moment, Nisa Home gère le seul groupe de refuges de transition pour femmes et enfants musulmans au Canada. L'organisme exploite trois emplacements : deux en Ontario et un autre en Colombie-Britannique.

Des besoins criants

Entre 2016 et 2017, faute de place, les maisons d’hébergement en Alberta ont dû refuser l’accès à plus de 22 000 femmes.

Calgary est la cinquième ville canadienne et elle abrite la troisième concentration de population musulmane en importance au Canada.

Une étude menée par Nisa Homes révèle que jusqu'à 40 % des femmes qui demandent de l'aide pour trouver un refuge à Calgary étaient des musulmanes. Un grand nombre d'entre elles sont de nouvelles immigrantes ou réfugiées et sont isolées socialement parce qu’elles n’ont pas de famille ou d’amis au Canada.

Le refuge pour femmes musulmanes devrait être prêt à accueillir ses premières pensionnaires au début du mois de mars 2019.

Alberta

Santé publique