•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une charte des voyageurs qui réjouit les passagers aériens

Un avion sur une piste de décollage

Les passagers aériens pourront recevoir une indemnité allant jusqu'à 2400 $ s'ils perdent leur place en cas de surréservation d'un vol.

Photo : iStock

Radio-Canada avec La Presse canadienne

À compter de l'été 2019, les passagers aériens qui perdent leur place en cas de surréservation d'un vol pourront recevoir une indemnité allant jusqu'à 2400 $.

C'est l'une des mesures qu’a dévoilées lundi le président de l'Office des transports du Canada (OTC), Scott Streiner.

La nouvelle charte des voyageurs, qui vise à mieux protéger les clients des transporteurs aériens, entrera en vigueur au cours de l'été 2019.

Elle s'appuie sur le principe selon lequel plus un passager doit attendre longtemps, plus l'indemnité à laquelle il aura droit est élevée. Cette façon de fonctionner s'applique également aux retards et aux annulations de vols causés par la gestion de la compagnie aérienne. Si le retard est causé pour des raisons de sécurité, le passager n'aura droit à aucune indemnité.

Les transporteurs aériens auront également l'obligation de faire débarquer les passagers lorsqu'un aéronef est coincé sur le tarmac durant plus de trois heures. Une victoire pour les consommateurs, selon la propriétaire de Voyages Vasco la Chaudière, Marie-Pier Guillemette.

Nous avons déjà une charte en Europe, on ne l'avait pas ici au Canada et il y avait des fois des évènements exagérés où il n'y avait aucune compensation ou c'était très minime, a-t-elle mentionné.

De la nourriture devra également être fournie en cas d'attente sur le tarmac. Un aspect qui réjouit un ancien passager d'un vol de la compagnie Air Transat. Pascal De Decker a dû patienter pendant plus de cinq heures sur le tarmac, l'été dernier, à Ottawa.

Ça fait du bien de savoir que les compagnies aériennes ne vont plus pouvoir traiter leurs passagers comme de la cargaison.

Pascal De Decker

Je pense que parfois, il y a un oubli et on dit vous restez dans l'avion parce que c'est plus facile pour nous. C'est certain que l'expérience était traumatisante, a fait valoir M. De Decker.

Le 31 juillet 2017, 20 vols qui devaient atterrir à Montréal et Toronto ont été redirigés vers l'aéroport international d'Ottawa en raison du mauvais temps.

Deux vols d'Air Transat sont restés cloués au sol pendant respectivement 4 h 47 et 5 h 51.

Plusieurs passagers se sont plaints du manque d'eau. Privés d'électricité et de climatisation, certains avaient appelé le 911. Ils ont été nombreux à l'époque à se plaindre de ne pas avoir reçu d'explications du transporteur aérien.

L'Office des transports du Canada a blâmé Air Transat en novembre 2017 dans l'incident qui a cloué au sol deux de ses appareils à l'aéroport d'Ottawa, en lui imposant une amende de 295 000 $.

Ottawa-Gatineau

Transports