•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mes 5 plats préférés de 2018 à Toronto

Une tranche de poitrine de boeuf sur du papier de boucher

La poitrine de boeuf fumée du restaurant Adamson BBQ à Toronto

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

CHRONIQUE - J'ai la chance inouïe de manger pour le travail. Ça me permet de goûter une variété intéressante de plats des six continents, en plus du fruit de la créativité des plus grands chefs du pays. Puisque 2019 est à nos portes et que c'est l'heure des bilans en forme de palmarès, voici mes 5 plats préférés de 2018 dans la métropole canadienne.

À mon avis, Toronto est une ville qui est constamment à la traîne dans son adaptation des courants de mode vis-à-vis les autres grandes villes du monde. Heureusement, l'Asie est à la mode depuis plusieurs années déjà! Ça explique, en partie, pourquoi ce continent est à l’honneur dans mes plats favoris de 2018.

Le bento de Kingyo (Nouvelle fenêtre)

La tradition japonaise du bento – une boîte à lunch, ni plus ni moins – est poussée à l’extrême à la superbe izakaya de Cabbagetown, Kingyo. Pour 25 $, on reçoit 13 élégants petits plats disposés dans une boîte de bois. Chaque plat fait entre trois et quatre bouchées. L’assiette vient accompagnée d’une description. Sashimi, tataki, tonkatsu, karaage, chawanmushi et soupe au miso sont tous représentés.

Mais pour moi, la purée de pommes de terre ornée d’un bout de poitrine de porc représente un des meilleurs plats de toute la ville. Si seulement il pouvait être commandé en tant que plat principal…

La brisket d'Adamson BBQ (Nouvelle fenêtre)

Un homme coupe de la viande derrière un comptoirAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un grillardin du restaurant Adamson BBQ de Toronto coupe de la poitrine de boeuf fumée

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Les nombreuses offres de barbecue de type américain à Toronto ont toutes leurs défauts. Si leurs côtes de porc sont succulentes, leur poulet traîne de la patte. Si leurs saucisses volent la vedette, leur pulled pork est sec.

C’est vrai chez Adamson aussi : ce ne sont pas tous leurs plats qui méritent le détour. Cependant leur brisket – poitrine de bœuf fumée – est absolument exceptionnelle. Le gras est parfaitement fondu et ruisselle dans la viande, le goût de fumée n’est pas trop prononcé, et le boeuf est extrêmement tendre sans se défaire en bouillie. Sublime.

Le bol de soupe d'agneau de Hey Noodles (Nouvelle fenêtre)

Je vous ai confessé mon amour de la cuisine de la province du Sichuan par le passé. Hey Noodles est une chaîne de restauration originaire de la ville de Chongqing, qui faisait partie du Sichuan jusqu’à tout récemment.

La question cruciale à laquelle doit répondre tout mangeur qui s’aventure chez Hey Noodles est la suivante : pour quelle quantité de chili et de poivre du Sichuan doit-on opter? Sur le menu, les termes « spicy level » et « numbness level » sont utilisés. Choisissez sagement!

Ma combinaison favorite? Agneau, nouilles ordinaires, quantité moyenne de soupe, médium-piquant, médium-numbness, coriandre, arachides, oignons verts. Résultat : une symphonie agressive et stupéfiante d’endorphines, de chili, d’huile aromatisée, de bouillon salé, croquant-fondant-chaud…

La tartine d’aubergine d'Uncle Mikey’s (Nouvelle fenêtre)

Un plat de pain à l'aubergine sur une tableAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le pan con berenjena du restaurant Uncle Mikey's

Photo : Radio-Canada / Cédric Lizotte

Uncle Mikey’s est un petit bistrot de cuisine fusion. Le chef, Michael Kim, utilise son background en cuisine française et le combine avec ses origines coréennes pour créer son menu. Et c’est un plat à composition espagnole qui retient mon attention. (Confus? Moi aussi.)

Le pan con berenjena – la toast à l’aubergine – est superbe. Une très épaisse tranche de pain au levain, fournie par Blackbird Baking, est ornée d’une purée d’aubergine subtilement assaisonnée, d’une texture soyeuse et luxuriante.

Le riz frit de Fishman Lobster Clubhouse (Nouvelle fenêtre)

Les montagnes de homard frit du restaurant Fishman Lobster Clubhouse sont désormais célèbres. C’est pratiquement impossible de se rendre à ce restaurant de Markham sans publier au moins une photo sur Instagram. Non seulement leurs plats sont spectaculaires, ils sont délicieux.

Mais c’est le riz frit de Fishman Lobster Clubhouse qui m’a jeté en bas de ma chaise. C’est tout simplement le meilleur plat de riz de ma vie. Le riz est sauté au wok avec les œufs des homards qui se retrouvent dans leurs dizaines d’aquariums. J’aimerais bien connaître leur secret pour créer un riz frit si savoureux!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gastronomie

Alimentation