•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme accusé du meurtre prémédité d'une femme à Saint-Jean-sur-Richelieu

Visage de Laurie-Anne Grenier

La victime, Laurie-Anne Grenier, avait 27 ans.

Photo : Laurie-Anne Grenier/Facebook

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vincent Boucher a comparu lundi après-midi, au palais de justice de Saint-Jean-sur-Richelieu, pour être accusé du meurtre prémédité de Laurie-Anne Grenier, qui a été retrouvée sans vie samedi à son domicile de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Il est interdit à l’homme de 24 ans d'entrer en contact avec des membres de la famille de la victime, dont certains étaient présents à la cour.

Vincent Boucher doit se présenter de nouveau à la cour le 21 janvier prochain.

Il avait été arrêté dimanche par la Sûreté du Québec à Sainte-Adèle, dans les Laurentides, quelques heures après la découverte du corps de celle qui serait son ex-conjointe samedi, vers 18 h 45, selon la police.

La dépouille de la jeune femme de 27 ans portait des marques de violence qui ont rapidement mené les enquêteurs à privilégier la thèse d’un meurtre.

Bien que le motif du crime n'ait pas été révélé, plusieurs indices suggèrent qu'il s'agirait d'un drame conjugal. Selon les informations obtenues par Radio-Canada, la victime aurait rompu avec son présumé meurtrier peu avant le drame.

C'est la Sûreté du Québec qui a été chargée de l’enquête, en collaboration avec le Service de police de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Avec des informations de Jacaudrey Charbonneau

C'est dans cette résidence de Saint-Jean-sur-Richelieu que le corps de la jeune femme a été retrouvé.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

C'est dans cette résidence de Saint-Jean-sur-Richelieu que le corps de la jeune femme a été retrouvé.

Photo : Radio-Canada

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.