•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mise en demeure pour un médecin de famille à domicile

Denise Duchesne
Denise Duchesne Photo: Radio-Canada

Une femme de Trois-Rivières à la santé lourdement hypothéquée n'arrive pas à avoir accès à un médecin de famille à domicile. La sexagénaire, qui ne peut se déplacer, en fait pourtant la demande depuis des années.

Confinée à son petit appartement, Denise Duchesne affirme souffrir de cinq maladies chroniques.

La femme de 66 ans ne parvient pas à obtenir l'aide qu'elle souhaite. « Ça fait plusieurs années que je le demande, un médecin de famille », explique-t-elle.

Puisqu'elle a perdu sa mobilité, elle demande depuis six ans qu'un médecin puisse se déplacer chez elle.

« J'ai tout essayé, j'ai tout essayé pour essayer d'avoir de l'aide, mais je ne suis pas capable! »

Fatiguée de voir sa demande traîner en longueur, elle a donc envoyé, par le biais du Conseil pour la protection des malades, une mise en demeure au CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec en novembre dernier.

« La première chose qui est marquante et stupéfiante, c'est qu'on écrive à la dame le 18 septembre pour lui dire que d'ici un an, on va communiquer avec elle. Juste ça », soulève le président du Conseil pour la protection des malades, Me Paul G. Brunet.

Dans une lettre envoyée le 11 décembre dernier, le CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec se défend en affirmant que Mme Duchesne a refusé, à plusieurs reprises, les soins qu'on lui offrait.

« Je ne peux pas croire qu'il y ait autant de différence entre ce que les autorités nous disent et ce que Mme Duchesne nous dit et réclame. On ne peut pas abandonner cette personne-là. Faisons un pas de plus. J'implore les autorités du réseau. Allons vers elle, allons chez elle nous assurer qu'elle est en sécurité. Et surtout, on pourra commencer des soins et des services dont elle a besoin, c'est évident »,souligne Me Brunet.

Le CIUSSS n'a pas voulu commenter le dossier, mais a toutefois tenu à assurer que des démarches ont été entreprises pour lui offrir les meilleurs services en fonction de sa condition. L'organisme précise aussi que tous les services en soins à domicile sont offerts à l'intérieur de 30 jours, mais que les usagers doivent rencontrer des critères d'évaluation pour avoir accès à un médecin à domicile.

Pour sa part, le Conseil de protection des malades se donne maintenant deux semaines pour voir comment le dossier évolue.

D'après un reportage de Jérôme Roy

Mauricie et Centre du Québec

Santé