•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C'est inhumain » : une citoyenne dénonce le manque de personnel au Centre Roland-Leclerc

Un édifice avec l'inscription «Centre d'hébergement Roland-Leclerc» affichée sur son mur extérieur. En hiver. Des automobiles sont stationnées devant.
Les préposées aux bénéficiaires n'en peuvent plus du manque de personnel au CHSLD Roland-Leclerc. Photo: Radio-Canada

Une résidente de Trois-Rivières déplore le manque de personnel au Centre d'hébergement Roland-Leclerc. Lise Vadeboncoeur, une ex-infirmière, rendait visite à sa mère samedi quand elle a remarqué que les infirmières et les préposés aux bénéficiaires étaient moins nombreux qu'à l'habitude.

Le CIUSSS MCQ confirme qu'au début du quart de travail de soir, trois préposés aux bénéficiaires et quatre infirmières auxiliaires étaient absents.

Dans les heures qui ont suivi, trois infirmières ont dû demeurer au travail, un infirmier a été transféré d'un autre secteur et deux gestionnaires ont été appelés en renfort. La situation était revenue à la normale en début de soirée, selon le CIUSSS.

Ce n'est toutefois pas suffisant pour Lise Vadeboncoeur qui exige que la situation change.

Ça répondait pas aux besoins biopsychosociaux des gens, tel que leur plan de soins le demande. C'est inhumain pour le personnel en place qui s'épuise et pour les gens qui sont là, qui attendent des services, dénonce Mme Vadeboncoeur.

Une situation récurrente

La pénurie de personnel est récurrente dans ce centre qui héberge 160 personnes. Ici, à Roland-Leclerc, on est interpellés souvent parce qu'il y a beaucoup de manques. Les filles sont épuisées, elles nous appellent, elles pleurent. On ne sait plus quoi faire, affirme la vice-présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec, Guylaine Guay.

Une situation devenue intolérable aussi, selon un résident rencontré sur place. C'est très dangereux. Puis, à un moment donné aussi, les gens deviennent agressifs des deux bords, indique René Verrette.

Inquiète pour sa mère qui souffre d'anxiété, Lise Vadeboncoeur demande une intervention de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Pénurie lors du temps des Fêtes

Le manque de personnel hospitalier est criant depuis plusieurs mois dans la région.

Le Syndicat des professionnelles en soins remarque qu'il manque particulièrement d'employés au centre Roland-Leclerc. Déjà, le syndicat prévoit une pénurie de personnel pour les 25 et 31 décembre.

La situation malheureusement stagne beaucoup. On sait qu'il y a des bonnes nouvelles qui s'en viennent, on sait qu'il va y avoir des solutions qui s'en viennent, mais il faut mettre un plan d'action maintenant, pour passer la crise du temps des Fêtes. Ça en prend tout de suite des solutions. Il faut pas attendre quelques mois. Il faut les mettre en place plus rapidement, souligne la présidente du syndicat, Nathalie Perron.

Selon elle, l'une des solutions à long terme est l'octroi de postes à temps complet pour les infirmières.

D'après les informations de Camille Carpentier

Mauricie et Centre du Québec

Hôpitaux