•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre un ultimatum lancé à des employés de l’aéroport de Montréal

Des gens manifestent devant l'aéroport de Montréal, une femme brandissant une pancarte sur laquelle il est écrit: «Le PDG d'ADM gagne un demi-million par année. Il trouve que je gagne trop.»

Une centaine de manifestants ont contesté un ultimatum lancé par Aéroport de Montréal à certains de ses employés.

Photo : Radio-Canada / Diana Gonzalez

Radio-Canada

Une centaine de personnes ont manifesté dimanche contre l'ultimatum lancé par Aéroport de Montréal (ADM) à 93 de ses employés : subir une importante diminution de salaire ou être renvoyés.

Ces 93 employés sont tous des préposés à l’accueil ou des agents d’administration et de sûreté, indique l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC).

Le rassemblement s’est terminé vers midi.

ADM fait valoir que la convention collective permet l’emploi de sous-traitants et qu'elle pourrait ainsi économiser de l’argent.

« L'entreprise est en progression, engrange de généreux bénéfices, pourquoi les employés subiraient une baisse de salaire? », demande pour sa part Josée Dubois, présidente de section locale du syndicat d'Aéroport de Montréal.

« Il n'est pas question que les employés payent pour l'expansion de l'aéroport », déclare-t-elle.

Pour sa part, le vice-président exécutif régional de l’AFPC, Yvon Barrière, dénonce qu'une rencontre avec les dirigeants d'ADM a été annulée à la dernière minute par le PDG, Philippe Rainville.

Des gens manifestent devant l'aéroport de Montréal alors qu'un policier détourne la circulation derrière une ligne de cônes.

Aéroport de Montréal a indiqué qu'elle ne procéderait pas à des congédiements pendant la période des Fêtes.

Photo : Radio-Canada / Diana Gonzalez

Présent lors de la manifestation, le député fédéral néo-démocrate de Rosemont, Alexandre Boulerice, invite le gouvernement libéral de Justin Trudeau à intervenir dans le dossier.

« Ils disent qu'ils défendent la classe moyenne, bien elle est là », a-t-il lancé en désignant les manifestants.

Par voie de communiqué, ADM a précisé que la décision d’employer des sous-traitants n’a pas encore été prise et qu’aucun congédiement ne serait fait pendant la période des Fêtes.

Avec les informations de Michel Marsolais

Grand Montréal

Relations de travail