•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des vestiges d’Elvis Presley cherchent un collectionneur à Fredericton

Des affiches à l'effigie d'Elvis Presley sont accrochées sur un des murs d'Yvon Poitras.
La collection d'Yvon Poitras compte plus de 1000 pièces accumulées au fil des années. Photo: Radio-Canada

Un passionné d'Elvis Presley cherche à se départir de son imposante collection du « Roi du rock'n'roll » à Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Mais quand on possède plus de 1200 pièces d'une valeur totale d'un demi-million de dollars, les acheteurs se font aussi rares qu'une pièce unique.

Yvon Poitras estime avoir investi près de 400 000 $ en 60 ans pour ériger l’ouvrage d’une vie.

L’homme à tout faire, originaire de Grand-Sault a navigué entre la politique et les affaires au cours de sa carrière. Il se retire maintenant de sa passion de collectionneur.

À chaque fois que quelque chose qui arrivait dans ma vie, soit beau ou dramatique, je pouvais faire la relation avec la musique d’Elvis et ça m'a accroché plus que n'importe quoi, raconte Yvon Poitras.

Portrait d'Yvon Poitras avec des pièces de collection d'Elvis Presley en arrière-plan.Yvon Poitras collectionne les artéfacts d'Elvis Presley depuis l'âge de 13 ans. Photo : Radio-Canada

Dans sa maison, Elvis Presley est omniprésent. Des centaines de vinyles, cassettes, films et CD, plus de 400 livres, des assiettes, photos, tout y est.

Il accumule les artéfacts d’Elvis depuis l’âge de 13 ans.

On m'a dit que c'était un pauvre qui était devenu riche pis que c'était le rêve américain, explique M. Poitras. J'ai voulu étudier le rêve américain.

Pour préserver la collection intacte, il est prêt à sacrifier une partie des recettes. Il songe même à en faire don à un musée au Nouveau-Brunswick pour perpétuer la mémoire d’Elvis auprès du grand public.

Tu te sépares d'une partie importante de ta vie, mais je peux toujours garder les souvenirs, philosophe le septuagénaire.

Préserver l'Histoire

Yvon Poitras préfère maintenant se départir de son objet de fascination pendant qu’il est encore en mesure de lui donner une seconde vie.

Des disques d'Elvis Presley.Yvon Poitras espère que la collection soit conservée dans sa province natale, le Nouveau-Brunswick. Photo : Radio-Canada

Je ne suis pas vieux mais à l'âge que j'ai, si je veux déménager ou quoi que ce soit, je ne peux pas déménager avec ma collection, concède le collectionneur. C'est pour ça que j'ai décidé de la vendre.

À la fin, le rock’n’roll continuera de vibrer dans le coeur du politicien, de l’homme d’affaires et du collectionneur.

Avec les informations de Mathieu Massé

Nouveau-Brunswick

Musique rock