•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un impact environnemental détaillé à la Fromagerie des Basques

Michel Lévesque pointe les détails de son étiquette
Sur cette écoétiquette, les clients apprennent l'impact du fromage sur la santé humaine, les écosystèmes, les changements climatiques et l'épuisement des ressources. Photo: Radio-Canada / Isabelle Damphousse

De plus en plus de consommateurs se soucient de l'empreinte écologique des aliments qu'ils achètent. À la Fromagerie des Basques de Trois-Pistoles, on en a pris note et on appose sur certains fromages une étiquette détaillant leur impact environnemental.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Sur cette écoétiquette, les clients en apprennent davantage sur les répercussions du fromage sur la santé humaine, les écosystèmes, les changements climatiques et l'épuisement des ressources.

En bref, ces résultats tiennent compte de l'ensemble du cycle de vie du produit.

Les données qui s'y trouvent ont été calculées par des experts indépendants selon la méthode IMPACT 2002+. Pour obtenir toutes les accréditations, la fromagerie a dû travailler pendant près d'un an sur la conformité de sa production.

Sur l'étiquette d'un fromage, on peux voir les détails de l'impact écologique du produit.Ces données tiennent compte de l'ensemble du cycle de vie du produit. Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Qui plus est, la direction s'intéresse depuis cinq ans à l'empreinte écologique du fromage.

Michel Lévesque en train de discuterMichel Lévesque, directeur de la production de la Fromagerie des Basques Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Il a fallu leur fournir beaucoup de documentation : d'où provenaient les sacs, la matière première des sacs, la provenance du lait, le trajet qu'on effectue à tous les jours pour la livraison du fromage...

Michel Lévesque, directeur de la production de la Fromagerie des Basques

L'entreprise cherche aussi à minimiser son empreinte écologique. Tous les fournisseurs de lait et les clients de la fromagerie sont locaux. Cette précaution permet de réduire la pollution par le transport.

Un employé manipule des gros blocs de fromageLa Fromagerie des Basques transforme 3,3 millions de litres de lait par année. Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

C'est sans oublier le système de biométhanisation qui fournit une grande partie de l'énergie nécessaire aux opérations, en plus d'assainir les eaux usées de la fromagerie.

Ce procédé utilise les sous-produits de la fabrication du fromage pour créer du méthane, qui sert ensuite à chauffer les bâtiments, à pasteuriser le lait et à faire cuire le fromage.

La fromagerie économise ainsi plus de 50 000 litres de mazout, par année.

Serge Lavoie, technicien en biométhanisation à la fromagerie des BasquesSerge Lavoie, technicien en biométhanisation à la Fromagerie des Basques Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Si on n'avait pas le méthane pour substituer cette énergie fossile-là, on émettrait beaucoup plus de gaz à effet de serre.

Serge Lavoie, technicien en biométhanisation à la Fromagerie des Basques

Le fromage demeure l'un des types d'aliments les plus polluants par calorie, d'où l'importance de redoubler d'efforts pour protéger l'environnement.

Un comptoir rempli de fromages.Tous les fournisseurs de lait, mais aussi les clients de la Fromagerie des Basques sont locaux, réduisant ainsi la pollution par le transport. Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Avec les informations de Djavan Habel-Thurton

Bas-Saint-Laurent

Alimentation