•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

STAC : une cyberattaque qui « pourrit » la vie des personnes handicapées

Dure semaine pour les usagers du STAC

La vie des usagers du Service de transport adapté de la capitale (STAC) est perturbée depuis près d'une semaine en raison d'une cyberattaque survenue lundi. Une situation comparée « à une mini-crise du verglas ».

Au ralenti depuis le 10 décembre, le STAC n'était toujours pas en mesure d'offrir ses services réguliers, samedi, cinq jours après la panne majeure causée par des pirates informatiques.

Seuls les déplacements vers l'hôpital, le travail ou pour les études étaient autorisés ces derniers jours.

Toutes les demandes jugées non essentielles étaient systématiquement refusées depuis. Pas question, donc, d'aller faire ses courses ou de sortir pour des activités de loisir.

Des usagers se sentent « pris en otage » et dénoncent un système « à deux vitesses », un pour les gens « normaux » et l'autre pour les personnes handicapées.

Pour Olivier Collomb d'Eyrames, directeur général du Regroupement des organismes de personnes handicapées de la région 03, la population doit réaliser qu'il s'agit d'une réelle crise pour cette petite frange de la société.

C’est une mini-crise du verglas qui frappe une catégorie très restreinte de la population mais qui vraiment, littéralement, pourrit leurs vies.

Olivier Collomb d'Eyrames

M. Collomb d'Eyrames invite la population à faire preuve de solidarité et de prêter main-forte à toute personne à mobilité réduite de son entourage.

Quant aux personnes directement concernées, « demandez de l'aide, faites-vous connaître », a-t-il conseillé.

Critères élargis dimanche

La STAC a finalement annoncé samedi soir que les critères d'admissibilité pour des demandes de transport seraient élargis à compter de dimanche.

« Toutes les demandes de réservations pour des déplacements à partir du dimanche 16 décembre 18 h sont acceptées », a-t-on annoncé par voie de communiqué.

Les personnes vivant avec « une déficience intellectuelle ou souffrant d’un problème cognitif », sont cependant exclues.

« Cette décision est prise afin d’assurer la sécurité de cette clientèle vulnérable en raison de la perte de l’information médicale reliée à leur condition », indique-t-on au STAC.

La STAC juge qu'un retour à la normale « progressif » à compter de lundi est « envisageable ».

Québec

Transports