•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La détresse psychologique des médecins, un sujet tabou

Un médecin épuisé prend une pause pour regarder dans le néant.
L'épuisement des médecins serait un sujet tabou, déplorent des professionnels de la santé. Photo: Getty Images / sturti

Des professionnels de la santé s'inquiètent de l'augmentation des cas d'épuisement professionnel parmi leurs collègues.

On ne peut plus considérer les médecins comme des surhumains ou des supermen, dit Patrick Marcotte, psychiatre au Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont, à Moncton.

L'épuisement des médecins est un tabou chez les professionnels de la santé, dit-il.

Le problème serait négligé, en partie parce que le prestige associé à la profession peut donner l'impression qu’ils ne peuvent se plaindre de leurs conditions de travail. Mais il n’y a guère de place pour l’erreur, et le stress peut devenir insoutenable.

Patrick Marcotte en entrevue dans les studios de Radio-Canada en décembre 2018.Patrick Marcotte, psychiatre, Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont Photo : Radio-Canada

Le Dr Marcotte juge que les médecins sont soumis à un niveau de stress comparable à celui des policiers.

Un autre aspect du problème, ajoute-t-il, est la mentalité traditionnelle du milieu, qui exige parfois l’impossible. Que ce soit après avoir vu un patient mourir devant lui de façon traumatisante, il n'était pas question du tout de prendre un cinq minutes, remarque le Dr Marcotte. Si tu n'es pas capable de supporter ça, c'était entendu que tu étais bien mieux de quitter la médecine.

Cette mentalité commence à changer et on le voit avec nos étudiants, qui sont de plus en plus conscients de ça, relate-t-il.

Serge Melanson en entrevue dans les studios de Radio-Canada à Moncton en décembre 2018.Serge Melanson, président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick Photo : Radio-Canada

Il faut garder en mémoire que les médecins, comme tout le monde, ont des défis personnels à gérer, qu’ils soient familiaux ou financiers, rappelle Serge Melanson, le président de la Société médicale du Nouveau-Brunswick.

Un médecin sur trois connaîtra des symptômes de dépression au cours de sa carrière, déclare le Dr Melanson.

On remarque de plus en plus de problèmes d'épuisement professionnel, également des problèmes comme la dépression et même, [dans] certains cas, des suicides, dit-il. On a eu des cas ces dernières années dans la province.

Les solutions à privilégier

Le Dr Patrick Marcotte insiste sur l’importance de conscientiser les intervenants de la santé. Pour leur bien-être et pour réduire les risques d’erreurs médicales, ils doivent prendre soin d’eux, savoir reconnaître les signes de l'épuisement, et consulter sans hésitation. Mais ce n'est qu'une partie de la solution.

Quand un pourcentage très élevé de gens dans une profession [...] développent des tableaux quand même sévères de détresse, évidemment il faut se poser des questions par rapport à l'environnement de travail de ces gens-là, croit le Dr Marcotte. C'est un facteur qui doit être pris en compte dans la gestion des soins de santé.

D’après un reportage d’Alix Villeneuve

Nouveau-Brunswick

Santé mentale