•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Sherbrooke annule une rencontre avec les journalistes pour expliquer le budget

Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, en entrevue le 17 février 2018
Le maire de Sherbrooke, Steve Lussier Photo: Radio-Canada

Déçu par la publication d'un article dans les pages de La Tribune, le maire de Sherbrooke Steve Lussier a décidé d'annuler un atelier de travail avec les journalistes en marge du dépôt du budget, prévu lundi.

Dans l'article publié samedi matin, il est fait mention d'une possible hausse du compte de taxes des Sherbrookois de 3 % pour l'année 2019. Ce serait sans compter, ajoute le journaliste Jonathan Custeau, une hausse des tarifs pour les services municipaux.

Le maire n'a pas tardé à réagir. Dans un courriel envoyé à tous les élus ainsi qu’aux médias en début d’après-midi, il soutient que certains élus et lui sont extrêmement déçus que des informations incomplètes aient été acheminées à un journaliste. Il s'agit d'un manque d’éthique total, ajoute-t-il.

Toujours selon le maire, une telle fuite donnera encore une fois une perception négative du travail des élus. L'atelier de travail, prévu à huis clos avant le dépôt officiel du budget, est ainsi annulé.

Une réaction immatureet émotive

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) croit que la décision prise par le maire Lussier est une façon de réduire au silence la population. C’est une façon de dire à la population : "On ne vous le dira pas, ce qu’il y a dans le budget", a plaidé le président de la Fédération, Stéphane Giroux.

On trouve que c’est une réaction un peu immature de la part d’un élu municipal. On trouve que c’est complètement inacceptable.

Stéphane Giroux, président de la FPJQ

La décision a également fait réagir l'opposition à l'Hôtel de ville.

Je trouve que c’est émotif et rapide comme réaction, a commenté le chef intérimaire du Renouveau sherbrookois, Vincent Boutin. Lui aussi croit qu'annuler l'atelier de travail est une mauvaise idée. Cet atelier-là permet aux journalistes de poser des questions, d’aller en profondeur dans le budget pour être capable de livrer une bonne information à la population qui elle, pourra se faire une idée des décisions que le conseil municipal a prises, résume-t-il.

Le maire de Sherbrooke ne fera aucun commentaire avant lundi soir. Dans la lettre envoyée aux médias samedi, il ne semble cependant pas vouloir revenir sur sa décision.

Comme certains chiffres ont été rendus publics, la session de travail sous embargo avec les journalistes lundi après-midi est annulée. Comment pourrons-nous leur demander de respecter un embargo si certains d'entre nous (ou leurs relations) ne le respectent pas eux-mêmes? demande-t-il.

La conseillère municipale du district du carrefour, Évelyne Beaudin, est aussi déçue de la réaction du maire. Sa décision est immature, ça donne l’impression qu’il veut donner une punition aux journalistes. On voit que le maire essaie d'avoir un peu le contrôle et là, il n'est pas content de perdre le contrôle.

Estrie

Politique municipale