•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bloc québécois : les présidents de circonscriptions de la région appuient Yves-François Blanchet

Yves-Francois Blanchet fait une annonce officielle.
Le candidat à la direction du Bloc québécois Yves-François Blanchet Photo: La Presse canadienne / Justin Tang
Radio-Canada

Yves-François Blanchet a lancé officiellement samedi sa campagne à la direction du Bloc québécois à Montréal. Il bénéficie d'ores et déjà de l'appui des présidents des circonscriptions d'Abitibi-Témiscamingue et d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou.

Un texte de Boualem Hadjouti

L'ancien ministre péquiste est pour le moment le seul candidat en lice pour succéder à Martine Ouellet.

L'ex-député et président de l'association d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Yvon Lévesque, affirme qu'il va recommander aux membres du parti de la région d'appuyer M. Blanchet.

Le Bloc a besoin d'une personne qui est capable de mettre ensemble les exécutifs, les [circonscriptions], le Québec autrement dit. M. Blanchet est une personne très bien connue et au Parti québécois et au Bloc québécois, dans l'ensemble du mouvement souverainiste. M. Blanchet pourrait nous amener une augmentation très sensible du nombre de députés dans la Chambre des communes, dit-il.

Le président de la circonscription d'Abitibi-Témiscamingue Christian Rivard compte aussi appuyer Yves-François Blanchet, même si un deuxième candidat devait se présenter à la course.

Lui aussi recommandera à ses membres d'appuyer Yves-François Blanchet lors de l'Assemblée générale de la circonscription prévue vers la fin du mois de janvier prochain.

De par son parcours politique, son parcours d'entrepreneur, de communicateur, moi je crois que c'est une candidature d'envergure, dit-il. Après la crise, il y a encore des séquelles, mais je crois que M. Blanchet représente la personne qui va rallier tous les gens.

Les personnes intéressées à se lancer dans la course ont jusqu'au 15 janvier pour se manifester.

Abitibi–Témiscamingue

Politique