•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guignolée du Dr Julien : pédiatrie sociale pour davantage de jeunes Gaspésiens

La chorale ajoutait une ambiance agréable à l'activité.

La chorale ajoutait une ambiance agréable à l'activité.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Samedi était jour de guignolée à Cap-Chat, au profit de la Fondation du Dr Julien. C'est là que le premier centre de pédiatrie sociale de la Gaspésie a vu le jour en 2012. Au terme de l'année 2019, la Gaspésie aura deux autres centres répartis sur le territoire.

Un texte de Brigitte Dubé, avec les informations de Michel-Félix Tremblay

Actuellement, ce service est offert seulement en Haute-Gaspésie. La guignolée vise à financer le centre de pédiatrie sociale du Dr. Julien, qui a pignon sur rue à Cap-Chat, à Sainte-Anne-des-Monts et à Gros-Morne.

Le centre de pédiatrie sociale veut amasser 12 000 $. Les deux tiers du budget annuel d'environ 150 000 $ doivent provenir d'activités de financement ou de commandites du milieu.

Deux hommes envoient la main.

Des bénévoles motivés par une bonne cause

Photo : Radio-Canada

Annie Chenel, coordonnatrice du Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Gaspésie, explique l’importance de la guignolée pour la Haute-Gaspésie.

Annie Chenel, coordonnatrice du Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Gaspésie

Annie Chenel, coordonnatrice du Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Gaspésie

Photo : Radio-Canada

C'est pour permettre à tous les enfants qui sont en difficulté d'avoir accès à des services cliniques, donc des services médicaux et des services psychosociaux, mais aussi à des activités comme le garage à musique ou des cours d'arts martiaux gratuitement, précise-t-elle.

Chorale, animation... il était impossible de rater les nombreux points de cueillette de la guignolée du docteur Julien à Cap-Chat et Sainte-Anne-des-Monts.

Une soixantaine de bénévoles ont passé la journée debout au grand air, y compris le médecin en charge du centre, le docteur Guillaume Hardy.

Guillaume Hardy, médecin responsable au Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Gaspésie

Guillaume Hardy, médecin responsable au Centre de pédiatrie sociale de la Haute-Gaspésie

Photo : Radio-Canada

En poste depuis deux ans, il dit avoir constaté l'impact de la pédiatrie sociale auprès des jeunes de la Haute-Gaspésie. Je vois des familles avec des jeunes et je me disais qu’il y a deux ans, on n’était pas là. Je m'arrachais les cheveux de la tête, je me demandais " comment on va faire, comment ça peut s'améliorer pour ce jeune-là? ". Il y en a que je trouvais que c'étaient de gros gros défis et maintenant, je trouve que ce sont des jeunes qui vont super bien, estime-t-il.

Un deuxième centre ouvrira en janvier sur la pointe de la Gaspésie

Bébé dans une poussette avec sa mère tout près

Et pourquoi ne pas encourager maman à participer à la guignolée?

Photo : Radio-Canada

Le docteur Hardy se réjouit donc du fait que dès le 7 janvier, environ 150 jeunes du secteur compris entre l'Anse-à-Valleau et Cap-des-Rosiers, à Gaspé, auront aussi accès à l'approche particulière d'une clinique du docteur Julien.

[Elle nous permet de prendre] plus de temps pour tisser des liens, pour bien connaître la famille, leur environnement et après ça, pour trouver des solutions originales qui tiennent mieux compte de la réalité de ces personnes-là, explique-t-il.

Pour sa part, la travailleuse sociale Myriam Johnson constate que les activités offertes donnent une chance à des enfants souvent plus isolés de s'intégrer un peu plus dans leur communauté.

Un troisième centre en 2019 pour le côté sud de la Gaspésie

Le centre de pédiatrie sociale à Cap-Chat

Le centre de pédiatrie sociale à Cap-Chat

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Pour la portion sud de la Gaspésie, l'assemblée de fondation de la future clinique aura lieu la semaine prochaine. On retrouve environ 1500 enfants en situation de vulnérabilité sur cet immense territoire qui s'étire de Percé à la région de Matapédia et les Plateaux.

Selon Elsa Cyr Simard d’Équijustice Gaspésie, l’organisme porteur du projet, le centre est en processus d'accréditation et d'évaluation. Le projet a été très bien reçu par sa qualité et par la rapidité de la mobilisation de la communauté, mentionne-t-elle.

La clinique aura pignon sur rue à Chandler mais comptera sur un mobile d'intervention qui pourrait ouvrir dès cet été.

Avec les informations de Michel-Félix Tremblay

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Enfance