•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COP24 : les règles d’application de l’Accord de Paris sont adoptées

Les explications d'Étienne Leblanc

En Pologne, les délégués de quelque 200 pays réunis à Katowice pour la conférence de l'ONU sur les changements climatiques ont adopté les règles d'application de l'Accord de Paris. Le coup de marteau du président polonais de la COP24, Michal Kurtyka, a été accueilli par une ovation.

Le mode d'emploi de l'Accord fixe notamment les modalités de suivi des actions de chaque pays.

Ça a été un long chemin [...] ce n'était pas une tâche facile.

Le président polonais de la COP24, Michal Kurtyka

« L'impact de ce paquet de mesures est positif pour le monde. Il nous rapproche un peu plus de la concrétisation des ambitions de l'Accord de Paris », a-t-il ajouté, avant d'être rejoint sur l'estrade par les chefs de délégations du monde entier.

Une flexibilité a été accordée aux pays en développement. À la onzième heure, les ministres ont réussi à sortir d'une impasse entre le Brésil et d'autres pays au sujet des règles de comptabilisation des crédits carbone, en reportant l'essentiel de cette discussion à l'année prochaine.

Réaction du Canada

La ministre d'Environnement et Changement climatique Canada, Catherine McKenna, a aussi montré son enthousiasme dans un communiqué.

« Je suis heureuse que les pays du monde entier se soient mis d'accord sur des règles pour rendre compte de manière transparente de la manière dont tous les pays respectent leurs engagements en matière de réduction des émissions et de lutte contre le changement climatique », a-t-elle déclaré.

L'envoyé spécial de Radio-Canada et spécialiste des questions environnementales, Étienne Leblanc, a précisé sur les ondes d'ICI RDI à quel point cet accord est important.

Ce qui est remarquable, c’est que cela s’applique à tous les pays. Pas qu’aux pays les plus industrialisés et ça, c’est une grande avancée.

L'envoyé spécial de Radio-Canada, Étienne Leblanc

« Réunir 195 pays sur un enjeu aussi complexe, ce n’est pas un accord parfait, mais la plupart des gens, écolos comme industriels, ou politiciens, ont dit que c’est un gros pas vers l’avant et on va continuer », a-t-il ajouté.

Malgré l'entente survenue aujourd'hui, les pourparlers n'ont pas donné lieu à de nouveaux engagements des pays signataires pour revoir à la hausse leurs objectifs de réduction de gaz à effet de serre.

Un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) commandé par l'ONU et paru en octobre, indique que pour maintenir la hausse de la température de la Terre à 1,5 °C, il faudra « des changements sans précédent » dans tous les domaines de la société.

D'autant que selon une étude rendue publique mardi, la température moyenne de la planète est bien partie pour dépasser largement les objectifs fixés en 2015 par l'Accord de Paris.

Le prochain grand rendez-vous pour discuter des changements climatiques est prévu à l’automne à New York.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Politique internationale

International