•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un ex-employé de l’Université Saint Mary's coupable d’agression sexuelle

Matthew Percy au tribunal.
Matthew Percy. Photo: Radio-Canada / CBC

Matthew Percy, 35 ans, un ancien employé d'entretien de l'Université Saint Mary's d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, est reconnu coupable d'agression sexuelle et de voyeurisme.

L’agression survenue le 15 décembre 2017 dans un dortoir du campus de l’université a été filmée par Percy sur son téléphone.

Durant son témoignage, il avait affirmé que la victime avait participé de son plein gré à des rapports sexuels, mais lorsque la caméra ne la filmait pas. La juge Elizabeth Buckle n’a pas été convaincue par cette explication.

La juge Buckle a souligné vendredi en cour provinciale à Halifax qu’il y avait de nombreuses incohérences dans le témoignage de Percy et que ses explications étaient invraisemblables.

La plaignante, qui avait 22 ans au moment des faits, a dit à la cour qu’elle ne savait pas qu’elle avait été filmée avant d’en être informée par les policiers.

Percy reviendra en cour le 14 février pour le prononcé de la sentence.

Quatre cas allégués

Matthew Percy a été accusé d’agression sexuelle par quatre femmes différentes, et deux procès sont à venir.

Enseigne devant l'Université Saint Mary's à Halifax en juin 2018.L'Université Saint Mary's à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Photo : Radio-Canada / Frédéric Wolf

En août 2018, il avait été acquitté des accusations d’agression sexuelle, de voyeurisme et d’avoir tenté de vaincre la résistance d’une personne par l'étouffement déposées contre lui relativement à un incident qui aurait eu lieu le 3 septembre 2017. La Couronne a porté ce verdict en appel.

Dans une troisième affaire alléguée, l’ex-employé de l’Université Saint Mary's est accusé d’agression sexuelle grave, de voies de fait et d’avoir vaincu la résistance d’une personne par l'étouffement. Le service policier d’Halifax avait reçu le 8 décembre 2014 une plainte d’une femme âgée de 19 ans à l’époque, mais avait fermé le dossier sans déposer d’accusation. Le dossier n’a été rouvert qu’en 2018, à la lumière des nouvelles allégations. Un magistrat différent présidera ce procès.

Une quatrième affaire, qui serait survenue en novembre 2013, doit faire l’objet d’un autre procès en 2019.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Crime sexuel