•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yves-François Blanchet lance sa campagne à la chefferie du Bloc québécois

Le candidat à la direction du Bloc québécois Yves-François Blanchet entouré de députés et partisans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'ancien ministre péquiste Yves-François Blanchet a lancé samedi sa campagne pour la course à la chefferie du Bloc québécois au Lion d'or à Montréal.

Yves-François Blanchet s'est entouré de militants souverainistes et de la majorité des 10 députés du parti qui l'appuient. Le député Michel Boudrias est le seul député du caucus bloquiste à ne pas l'appuyer officiellement. Xavier Barsalou-Duval et Marilène Gill se sont à leur tour rangés derrière lui vendredi.

Cette course à la direction ressemble de plus en plus à un couronnement. Yves-François Blanchet ne fait face à aucun adversaire. Il peut d'ailleurs compter sur l'appui de l'ancien chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe. « Ce sera mon chef. Je suis convaincu qu’il va gagner cette course. Il a une expérience politique préalable. »

Des appuis enthousiastes

Au Lion d'or, samedi, ils étaient plusieurs à saluer la candidature de l'ex-analyste politique, comme le président du Bloc, Yves Perron. « C’est sûr que [la candidature de] M. Blanchet, c’est une candidature de grande qualité. Je pense que cela ne peut que tirer le niveau vers le haut, on peut nommer ça comme ça. »

La présidente du Forum jeunesse du Bloc québécois, Camille Goyette-Gingras, est aussi enthousiaste. « Yves-Francois a des idées qui s’accordent très bien avec celles du Forum jeunesse, notamment sur la question environnementale qui est très importante pour nous. »

Le député bloquiste Luc Thériault souligne des qualités du candidat qu'il estime nécessaires à un chef politique. « Il est très ouvert à la critique, sans complaisance. Parce qu’en politique, ce qui tue, c’est la complaisance. Flatter dans le sens du poil, ce n’est jamais trop bon. Donc [il doit] être capable de prendre la critique, d’être constructif; moi, c’est mon candidat. »

Un bon moment pour le candidat

Pour l'analyste et ex-ministre du Parti québécois Rémy Trudel, Yves-François Blanchet arrive à un moment stratégique.

« Il arrive en temps opportun, parce qu'en termes d’opportunités à saisir, les souverainistes, les indépendantistes sont orphelins depuis le 1er octobre en particulier. On a vu la désaffection vis-à-vis le parti qui véhicule l’idée au Québec et ce qui s’est passé en termes de divisions au Bloc québécois. Il a une chance assez extraordinaire », a-t-il dit en entrevue à ICI RDI.

Rémy Trudel voit aussi la prochaine campagne électorale fédérale comme une opportunité de développer sa crédibilité, une qualité essentielle selon lui pour faire de la politique avec la notoriété, ce que possède déjà Yves-François Blanchet à cause de ses prises de position dans différents médias.

Il croit qu'il y aura des affinités entre le Bloc, les revendications caquistes au fédéral et avec les jeunes du Bloc qui souhaitaient une refonte complète du parti. L'appui de la présidente du Forum jeunesse, Camille Goyette-Gingras est vu comme un signe encourageant.

« Ce qui doit être renouvelé, ajoute Rémy Trudel, pour attirer davantage de jeunes et de moins jeunes, c’est la question cruciale de l’environnement, les changements climatiques. Il faut que ce parti se donne une politique qui va résonner chez les jeunes. Parce que la première qualité des jeunes, c’est d’être en avant. »

S'il n'y a pas d'opposition, le candidat sera nommé chef du Bloc québécois le 15 janvier prochain. Dans l'éventualité où il y aurait d'autres candidatures, le chef serait choisi le 24 février.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique