•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'argile de la Manicouagan, bientôt vendue aux quatre coins du monde?

Une chaudière d'argile
Manicouagan Sea Minerals produit de l'argile destinée à l'industrie cosmétique Photo: Radio-Canada / Benoît Jobin
Radio-Canada

Un trio d'entrepreneurs rachète l'entreprise de produits cosmétiques Argile Eau Mer et vise l'international pour propulser ses ventes. « Imaginez-vous que nos amis chinois se lavent avec l'argile de la Manicouagan », lance l'un d'eux.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Patrice Barbeau, Benoît Aubry et Cédric Mimeault opèrent maintenant les installations d'Argile Eau Mer sous la bannière de Manicouagan Sea Minerals.

Grâce à un partenariat avec la multinationale Unilever, les entrepreneurs prévoient vendre l'argile de Pointe-aux-Outardes dans 42 pays dans le monde.

La commercialisation de l'argile marine fonctionnait à faible régime depuis la fermeture temporaire de la compagnie en 2015.

Cédric Mimeault en habit de scientifique, en entrevue à Radio-CanadaCédric Mimeault, copropriétaire de Manicouagan Sea Minerals Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Ils vont utiliser [notre argile] comme ingrédient dans un gel douche. [...] C'est un intrant comme produit cosmétique. C'est un intrant des grandes compagnies.

Cédric Mimeault, directeur général de Manicouagan Sea Minerals

Pour l'instant, Manicouagan Sea Minerals emploie quatre personnes à temps plein et trois autres, à temps partiel.

Parce que la production n'est pas encore repartie, on produit des échantillons, explique Cédric Mimeault. Le jour où l'on va faire notre core business, lorsque le produit sera vendu en pharmacie, on devrait monter à cinq employés à temps plein.

La différence [avec notre produit], c'est que c'est une argile considérée comme une argile haut de gamme.

Cédric Mimeault, directeur général de Manicouagan Sea Minerals

Nouveau chapitre

Le nouveau nom et le nouveau logo constituent un nouveau chapitre dans l'histoire de l'entreprise ouverte en 1994.

Denise Saulnier, la tante de Cédric Mimeault, a vu à l'époque le potentiel de cette boue argileuse. Elle y a injecté près de 2 millions de dollars en recherche et développement pour sa commercialisation.

Le produit de beauté a même reçu l'accréditation « produit de santé naturel » par Santé Canada.

L'entreprise a fonctionné jusqu'au décès de la fondatrice.

Des pots Masons remplis d'argileUne partie des échantillons actuellement produits par Manicouagan Sea Minerals Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Ce sont les demandes de partenaires et de clients qui ont incité Cédric Mimeault à prendre les rênes de l'entreprise promise à un bel avenir.

Quand on fait affaire avec des Unilever ou des L'Oréal de ce monde, c'est important d'avoir un dossier technique qui est béton. Le passé d'Argile Eau Mer nous a apporté ça, précise le nouveau copropriétaire.

À l'heure actuelle, l'entreprise détient dans son entrepôt environ 15 tonnes de poudre et 20 tonnes de boue. Ainsi, Cédric Mimeault ne prévoit pas d'extraction durant la prochaine année. Il y a des milliards de tonnes d'argile dans la Manicouagan. Si on se rend [à extraire] 150 à 200 tonnes par année, on va être bien content.

Avec les informations d'Olivier Roy-Martin

Côte-Nord

Santé