•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course au PLQ : Pierre Moreau ferme la porte

Pierre Moreau est un libéral convaincu, mais il ne souhaite pas succéder à Philippe Couillard.

Photo : Radio-Canada

Sébastien Bovet

L'ancien ministre Pierre Moreau ne sera pas candidat à la succession de Philippe Couillard. En entrevue à Radio-Canada, il affirme qu'il a décidé de passer le flambeau à la nouvelle génération.

Pierre Moreau était pourtant vu comme un candidat potentiel sérieux après avoir fini deuxième derrière Philippe Couillard dans la course à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ) en 2013.

Tout indique qu’il aurait aussi eu d’importants appuis. Mais dans sa première entrevue de fond depuis la défaite électorale du 1er octobre, il ferme la porte à un retour en politique active.

Pour moi, il est beaucoup plus sage de fermer la porte à la course au leadership et de dire : je demeure cependant un libéral convaincu, un militant engagé et il est clair que je ferai valoir des idées.

Pierre Moreau

À 61 ans, il souhaite que le nouveau chef vienne de la génération montante.

Dans quatre ans, il [le PLQ] devra avoir à sa tête un leader qui sera capable d’incarner ce changement de génération là. Ce n’est pas une réflexion sur l’âgisme. Il faut faire confiance à la génération montante.

Pierre Moreau

Selon lui, le prochain chef libéral doit avoir dans la trentaine ou la quarantaine pour dessiner le futur du parti. Malgré l’ampleur de la défaite électorale, Pierre Moreau estime que le PLQ a un bel avenir, pourvu qu’il fasse les choses dans l’ordre.

Attendre deux ans avant de déclencher la course

Il recommande fortement aux militants d’attendre deux ans avant de choisir un nouveau chef.

« Ce n’est pas le temps de diviser un parti qui vient d'être sonné par un résultat électoral et de l'écarteler en cinq factions qui vont se disputer le pouvoir pour le leadership. Cette introspection-là, elle doit être faite de façon sage, importante, de façon lucide aussi », dit-il.

À son avis, le Parti libéral doit, en priorité, renouer avec sa base militante et les régions du Québec qui lui ont tourné le dos en octobre. Il estime que le PLQ doit revenir à ses valeurs fondamentales, notamment l’identification au Québec. Il doit être à l’écoute et comprendre les préoccupations des Québécois. Il faut « créer le noyau, créer la plateforme » avant de penser à élire un nouveau chef, affirme-t-il avec conviction.

Dans un cabinet d’avocats

Pierre Moreau ferme aussi la porte à une éventuelle candidature aux élections fédérales l’année prochaine. Il reste un militant du PLQ et il a la ferme intention de participer à la reconstruction du parti.

Il se dit en très bonne santé, après avoir subi une violente infection en 2016, au point de lui faire craindre pour sa vie. Il soutient que ces problèmes sont derrière lui et qu’ils n’ont pas influencé sa décision de ne pas tenter sa chance dans la course à la direction du Parti libéral du Québec. Il compte retourner prochainement à la pratique privée du droit et souhaite enseigner.

« J'ai beaucoup d'énergie et d'ailleurs j'ai des projets pour l'avenir. Je ne m'en vais pas chez nous regarder pousser le gazon » conclut-il avec un sourire.

Politique provinciale

Politique