•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COP24 : les pays bien près d'arriver à une entente finale

Les détails avec Étienne Leblanc
Radio-Canada

Les délégués des 195 pays réunis en Pologne pour la COP24 semblent sur le point de conclure un accord visant à rendre opérationnel l'Accord de Paris pour 2020.

Les discussions étaient tendues entre les pays plus riches et ceux en développement, ces derniers subissant particulièrement les impacts des changements climatiques et réclamant des dédommagements financiers.

Or, avec des négociations prolongées au-delà de la durée prévue du Sommet, les représentants des quelque 195 pays réunis à Katowice, en Pologne, seraient sur le point d’arriver à une entente.

« Je n'ai pas encore toutes les informations des coordinateurs. Mais dans l'ensemble, je pense que nous avons un terrain d'entente », a déclaré à l'AFP samedi matin l'Éthiopien Gebru Jember Endalew, qui préside le groupe des Pays les moins avancés (PMA).

« Cela ne signifie pas que toutes nos priorités seront reflétées. Il y a les priorités d'autres groupes aussi », a-t-il ajouté.

La COP24 doit servir à mettre en place des séries de règles pour encadrer les grandes orientations fixées par l’Accord de Paris.

Transparence et dédommagements

Les positions à ce sujet divergent au moment où les pays en voie de développement réclament la possibilité de tenir pour légalement responsables les pays plus riches des conséquences des changements climatiques. Des dédommagements monétaires sont réclamés.

« On doit démontrer que l'Accord de Paris fonctionne », a indiqué sur les ondes de RDI la ministre canadienne de l’Environnement, Catherine McKenna.

Les mécanismes des marchés du carbone sont également au cœur des discussions, tout comme la transparence avec laquelle les pays rendront compte de leur bilan environnemental.

C'est un détail technique, soit la crainte d'une double comptabilisation des réductions des émissions dans l'établissement des marchés du carbone, qui ralentit l'adoption du texte final. Dans ce dossier, le Brésil serait au coeur de litiges avec d'autres pays, affirme notre envoyé spécial à Katowice, Étienne Leblanc.

« Les transitions ne se produisent pas du jour au lendemain », a ajouté Mme McKenna, précisant que les secteurs publics et privés sont interpellés quant à une meilleure transparence dans leur lutte contre les changements climatiques.

Un nouveau projet de texte attendu vendredi soir a été reporté plusieurs fois pendant la soirée et la nuit par la présidence polonaise de cette COP. Il a finalement été distribué aux délégations samedi matin.

« Certaines parties du projet de texte qui sont cruciales, notamment en matière de transparence des pays sur leurs mesures d’atténuation, sont assez complètes. C’est meilleur que ce ne l’était il y a une semaine », a affirmé à la BBC un négociateur.

Un accord pourrait être adopté d’ici la fin de la journée ou au plus tard dimanche, selon certains observateurs.

Avec les informations d'Étienne Leblanc

Avec les informations de Agence France-Presse, et BBC

International