•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jugées illégales, les carrioles de retour dans les rues de Saint-Élie-de-Caxton

Carrioles derrière les clôtures
C'est dans ces carrioles tirées par un tracteur que les touristes peuvent découvrir le village de Saint-Élie-de-Caxton à la tombée de la nuit. Photo: Radio-Canada

La Municipalité de Saint-Élie-de-Caxton, qui s'était engagée à se conformer au Code de la sécurité routière dans ses activités de balades en carrioles de la Féérie de Noël, aurait failli à la tâche. Malgré les efforts déployés par les organisateurs, les carrioles ne respectaient toujours pas la règlementation vendredi soir lors du début des activités.

La Municipalité avait trois options devant elle : annuler complètement la Féérie de Noël, ce qui n'était pas une option pour les organisateurs, utiliser des autobus scolaires, dont l'expérience n'a pas été concluante, ou encore choisir d'escorter en voiture la carriole, afin qu'aucun véhicule ne puisse circuler en même temps qu'elle lors des activités. C'est la troisième option qui a été choisie.

C'est finalement le maire et la directrice du tourisme qui ont bloqué les rues à bord de leur propre véhicule. Certaines voitures ont tout de même croisé le chemin des carrioles.

Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier Le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier, affirme qu'il est en recherche de solutions. Photo : Radio-Canada

Dans le fond, ce qui est illégal, c'est de circuler en même temps que les automobiles sur une voie publique, indique le maire de Saint-Élie-de-Caxton, Robert Gauthier. La solution temporaire, qui n'est pas la meilleure, c'est de bloquer les rues au fur et à mesure que notre carriole avance sur les rues.

Les organisateurs ont aussi demandé l’aide d’agents de la Sûreté du Québec (SQ) et d'employés de la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ) pour assurer que les activités se déroulent en toute sécurité. Malgré tout, lors du passage de l’équipe de Radio-Canada à Saint-Élie-de-Caxton, ni agents de la SQ ni employés de la SAAQ n'ont été aperçus lorsque le premier trajet de vendredi soir a commencé.

Saint-Élie-de-Caxton a été avisée par la Sûreté du Québec et la Société de l'assurance automobile du Québec jeudi que les carrioles enfreignent l’article 428 du Code de la sécurité routière. Elles roulent donc dans l’illégalité.

La SQ indique qu’un constat d’infraction pour la balade pourrait d’ailleurs être remis à la Municipalité si le règlement n’est pas respecté.

Multiples plaintes

La Municipalité a reçu plus d’une vingtaine de plaintes à propos du fait que ce n'est pas la voix de Fred Pellerin que l’on entend lors des promenades. Ce n’est pas surprenant, considérant la notoriété de Fred et du village. Je ne suis pas surprise, explique la directrice du tourisme à Saint-Élie-de-Caxton, Martine Painchaud.

Martine PainchaudLa directrice du tourisme à Saint-Élie-de-Caxton, Martine Painchaud, affirme avoir avoir reçu plusieurs plaintes de touristes. Photo : Radio-Canada

En entrevue à l’émission 360 PM, Heidi Bellerive, copropriétaire du magasin général Chez Méo, a expliqué que les citoyens sont solidaires et partagent leurs impressions sur un groupe Facebook privé. Je pense qu’il y a une mobilisation citoyenne qui est en train de s’organiser. Ça touche beaucoup les résidents. J’ose espérer que c’est une petite crise qui va bientôt passer, se désole-t-elle.

De son côté, Marilaine Deschenes, copropriétaire du Rond Coin, est confiante. Ça nous attriste beaucoup ce qui se passe. On est une belle communauté, un beau village. On se tient aussi, on est proactif. Je pense que Saint-Élie est assez fort pour passer à travers ça. C’est mon souhait.

Mauricie et Centre du Québec

Société