•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le programme scolaire albertain au banc d'essai à compter de janvier

Une fillette et un garçon écrivent sur un tableau des mots.
La maternelle permet aux jeunes de se préparer pour l'école primaire. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

À compter du mois de janvier, des écoliers de la maternelle à la quatrième année seront les premiers à tester le nouveau programme scolaire proposé par le ministre de l'Éduction, David Eggen, dans le cadre de sa réforme du système éducatif albertain.

La réforme met l’accent sur des enseignements fondamentaux comme les mathématiques, la lecture et l’écriture, mais aussi sur le développement de l’esprit critique ou le savoir-être.

Ces cours non traditionnels sont au coeur de la réforme du programme scolaire sur laquelle travaille le gouvernement depuis deux ans.

Dès le retour de leurs vacances de Noël, les écoliers de la maternelle à la quatrième année de certaines écoles francophones, anglophones et d'immersion testeront ce nouveau programme. Tant les noms des écoles que leur nombre restent, toutefois, encore inconnus.

« Nous souhaitons que les écoles prêtes à tester volontairement le programme soient réparties un peu partout dans la province », explique par ailleurs, David Eggen.

Cette réforme vient aussi dépoussiérer des programmes datant de 30 ans en donnant leur place à des grands oubliés dans les manuels scolaires, notamment les francophones.

Les élèves pourront, par exemple, apprendre comment les pionniers canadiens-français ont eu une influence dans la province.

« Si je pense à Saint-Paul, il y a tellement de pionniers francophones qui s’y sont installés. Les gens de Saint-Paul et de l'Alberta vont pouvoir étudier comment ces pionniers-là se sont installés à Saint-Paul, comment ils ont influencé la francophonie en Alberta », dit Micheline Spencer, enseignante à l’école La Mission à Saint-Albert.

L'histoire et la culture des Premières Nations sont aussi désormais intégrées dans les différentes matières.

« Jeune, je ne me reconnaissais pas à l'école, où les cours ne donnaient qu'une perspective occidentale », affirme Jamie Medecine Crane, Autochtone et fonctionnaire au ministère de l'Éducation.

Elle est soulagée que le nouveau programme soit plus inclusif et plus représentatif de l'histoire de l'Alberta et du Canada.

Le nouveau programme scolaire sera testé pendant une vingtaine de mois et, selon le calendrier prévu, il pourra être mis en place dans toutes les classes de la maternelle au secondaire en 2022.

Cela étant dit, tout cela dépendra des prochaines élections, qui auront lieu au printemps. Le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, s’est engagé à abolir ce programme s’il devient premier ministre.

Alberta

Éducation