•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le troupeau de caribous de la rivière aux Feuilles diminue

Le troupeau de caribous de la rivière Aux Feuilles décroît rapidement.
Le troupeau de caribous de la rivière Aux Feuilles décroît rapidement. Photo: Reuters / Rock Arssenault
Radio-Canada

La population du troupeau de caribous migrateurs de la rivière aux Feuilles est toujours en déclin. C'est ce que conclut le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) dans sa mise à jour des données démographiques du troupeau.

Un texte de Piel Côté

Ce troupeau, dont l'habitat se situe au Nunavik, au nord de Kuujjuaq, a diminué d'environ 10 % depuis novembre 2017. On n'en compte plus que 187 000, alors qu'au tournant des années 2000, ce troupeau comptait près de 600 000 membres.

Le MFFP se base sur la proportion de mâles, de femelles et de faons ainsi que leur taux de survie afin d'en arriver à ce constat.

Cela vient donner du poids à la décision qu'avait prise le ministère d'interdire la chasse aux caribous.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, se désole d'une telle situation.

C'est la même chose pour la Gaspésie, le Saguenay, où on travaille des plans de redressement. Il y a aussi des problèmes avec celui de Val-d'Or. Il va falloir voir ce qui se passe avec la situation de caribous au Québec. C'est un enjeu majeur pour le Québec, parce que le caribou est un animal-étendard pour le Québec, croit-il.

Peu de solutions en vue

Pour l'instant, les experts et le ministère ignorent les raisons de ce déclin.

Le gouvernement du Québec maintient d'ailleurs le suivi des troupeaux de caribous migrateurs et poursuit sa collaboration avec le groupe de recherche Caribou Ungava.

Les solutions actuelles sont d'empêcher la chasse et de faire la chasse aux prédateurs, mais l'élément qui nous permettrait de dire qu'on a mis le doigt sur le bobo est inconnu encore, commente M. Dufour, ajoutant que les équipes du ministère travaillent fort afin de trouver la source de la décroissance des populations.

Rappelons que la chasse sportive est fermée depuis le 1er février 2018. Compte tenu de la tendance observée, sa réouverture n'est pas considérée à moyen terme, estime le ministère.

Abitibi–Témiscamingue

Faune et flore