•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Noyade d’un élève : la famille poursuit la commission scolaire et la Ville de Montréal pour 1,5 M$

Une voiture de police devant la piscine du Centre Père-Marquette
La Commission scolaire de Montréal et la Ville de Montréal font face à une poursuite de 1,5 million de dollars intentée par la famille de Blessing Moukoko Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La famille de l'adolescent de 14 ans qui s'est noyé dans la piscine du Centre Père-Marquette lors d'un cours de natation donné par son école secondaire, en février dernier, poursuit la Commission scolaire de Montréal et la Ville de Montréal pour 1,5 million de dollars.

Au total, 13 demandeurs composant la famille proche de Blessing Moukoko font une réclamation notamment pour douleur et souffrance.

Ce montant prend en compte « les importants dommages psychologiques subis par les parents de Blessing, de même que leurs importantes pertes de revenus en raison du travail manqué », a indiqué par courriel l’avocat de la famille, Me Patrick Martin-Ménard.

Le père et la mère de l'adolescent sont en arrêt de travail.

Dans le document de poursuite déposé en cour, on peut lire que la Ville de Montréal est poursuivie pour avoir manqué à ses responsabilités « d’assurer la surveillance et la sécurité des lieux dont elle est la gardienne ».

Les préposés qu’elle a affectés à cette tâche « n’ont pas respecté les règles de l’art en ce qu’ils ont fait défaut d’assurer la surveillance et la sécurité de Blessing », note le document.

Quant à la commission scolaire, on lui reproche d'avoir fait preuve de plusieurs formes de négligence, entre autres en assignant un enseignant qui n’avait pas les compétences requises pour donner le cours de natation, en omettant de faire les vérifications nécessaires quant aux aptitudes de natation des élèves et en n’effectuant pas les vérifications nécessaires afin de s’assurer qu’il ne restait aucun élève dans l’eau à la fin du cours.

Blessing Claudevy Moukoko était un étudiant de l'école Père-Marquette.Blessing Claudevy Moukoko était un étudiant de l'école Père-Marquette. Photo : Facebook / École Père-Marquette

Dans un rapport remis fin novembre, le coroner avait souligné ces deux premiers problèmes. Il avait ainsi noté que le professeur d'éducation physique remplaçant qui était en poste le jour de la noyade de Blessing n'avait pas terminé la formation de natation de 90 heures de son baccalauréat. Pour cette raison, poursuivait le coroner, la surveillante-sauveteuse assignée par la Ville n'avait pas pu se consacrer exclusivement à sa fonction et avait plutôt participé à la préparation et à l’exécution du cours.

Le coroner avait aussi relevé que les élèves n’avaient pas été soumis à un test d’aptitude lors de leur premier cours de natation, mais que la question de savoir lesquels, parmi eux, savaient nager leur avait simplement été posée. La réponse avait été donnée à main levée.

Blessing Moukoko, pour sa part, ne savait pas nager.

Le 15 février 2018

Blessing Moukoko, qui assistait à son troisième cours de natation au Centre Père-Marquette, est resté au fond de la piscine pendant près de 40 minutes avant que quelqu'un s'aperçoive de sa noyade, a aussi constaté le coroner.

Ce sont les élèves du cours suivant qui l’ont trouvé, pensant qu’un mannequin se trouvait au fond de la partie profonde de la piscine.

Après avoir reçu les premiers soins, Blessing a aussitôt été hospitalisé, mais se trouvait dans un état critique. Il est mort le 21 février d’un arrêt cardiaque, quatre jours après qu’on eut constaté son décès neurologique.

Procès et poursuites

Justice et faits divers