•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La radio communautaire de Rivière-la-Paix renaîtra de ses cendres

Studio de la radio communautaire CKRP, en 1996.
La radio CKRP a commencé à émettre en 1996 dans la région de Rivière-la-Paix. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La radio communautaire francophone de Rivière-la-Paix devrait revenir en ondes avant la fin du mois de décembre, juste à temps pour jouer les classiques du temps des Fêtes. CKRP, a quitté les ondes il y a un an, après la décision des membres de l'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) de mettre fin à ses activités.

Depuis sa fermeture, en novembre 2017, un groupe de huit bénévoles s’est mobilisé pour relancer ce média qui leur tient à coeur depuis 1996.

En attendant de trouver un journaliste stagiaire pour recommencer sa programmation régulière, CKRP diffusera essentiellement de la musique de Noël.

La secrétaire-trésorière de CKRP, Esther Picard, croit que, cette fois, le projet ira bon train : « Ça va bien aller là, on a déjà des affaires dans la tête. [...] Je peux vous dire qu'il va y avoir du nouveau. »

CKRP avait connu différents problèmes pendant ses années d'activité. La plus vieille radio communautaire francophone avait en particulier souffert d'un manque d'engagement de la communauté.

La radio doit interpeller les jeunes, les personnes âgées et même les anglophones, selon Carmen Ewing, la conseillère municipale du village de Girouxville, dans le nord de l’Alberta.

Notre responsabilité est d’aller dans la communauté et d’aller voir les gens [pour] qui [...] le français n'est pas la première langue [et] de les inviter à s'impliquer dans la radio.

Carmen Ewing, conseillère municipale du village Girouxville

Un important travail a été réalisé depuis un an pour que le projet de relance se concrétise.

La radio a entre autres obtenu un permis temporaire du CRTC. Le comité de bénévoles a fait des demandes de fonds auprès d'organismes. Il a d'ailleurs obtenu 40 000 $ de l’Association de la presse francophone pour la réparation de l’équipement.

Esther Picard attend, en plus, de finaliser l'entente avec l'ACFA régionale, dont l'aide financière prend fin en mars prochain. Elle n’a toutefois pas beaucoup d’espoir que l’entente puisse être prolongée.

Je crois qu'ils ont laissé savoir qu'ils n'étaient pas intéressés à débourser après mars.

Esther Picard, secrétaire-trésorière de CKPR

L'ACFA n'a pas encore refusé

« Il n'y avait pas d'entente financière ou quoi que ce soit. C'est juste que nous en tant que petite communauté francophone on aime se soutenir, alors on a décidé de leur offrir un soutien financier », précise Marianne Dupuis, directrice régionale de l'ACFA de Rivière-la-Paix.

Mme Dupuis assure travailler en collaboration avec CKRP depuis le début de son projet de relance. Selon elle, l'ACFA n'a pas dit oui ou non encore au renouvellement de l'aide financière.

La directrice régionale attend cependant de connaître les besoins de la radio avant de s'engager. Dans cette optique, il y aura une rencontre le 12 janvier prochain. C'est aussi à ce moment-là que le conseil d'administration de l'ACFA régionale décidera si une aide financière sera accordée après le mois de mars.

Une radio pour promouvoir le français

Des membres de la communauté pensent que CKRP permet de développer la francophonie et l'économie dans la région.

« Quand on est dans le nord de la province, souvent, notre voix n’est pas entendue. Je crois que la radio, ça nous donne une chance de nous promouvoir », explique la conseillère municipale.

Avec des informations de François Joly

Alberta

Médias