•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les changements que 2019 apporte pour les consommateurs québécois

Une caissière attend le prochain client.
Le prix de nombreux produits et services grimpera encore, souvent dès le 1er janvier. Photo: iStock
Bernard Barbeau

La nouvelle année apporte son lot d'augmentations de tarifs, allant du prix du panier d'épicerie aux frais de poste, en passant par les titres de transport en commun. Cela dit, le gouvernement de François Legault glissera bien quelques dollars dans les poches de certains parents.

Le rythme de l'inflation devrait redescendre à environ 2 % au début de 2019, selon la Banque du Canada, alors qu'à la fin de novembre, Statistique Canada indiquait que le taux sur 12 mois s'était accentué à 2,4 % en octobre au pays. Au Québec, toutefois, le rythme de la hausse des prix était plutôt de 1,7 %.

Au début de décembre, la banque centrale a maintenu son taux directeur inchangé à 1,75 % en raison d'une croissance modérée de l'économie mondiale, conforme aux prévisions. En octobre, elle avait augmenté son taux directeur d'un quart de point.

Dans un rapport publié à la même période, l'institution disait qu'elle « s'attend à ce que les incidences des majorations passées des prix de l’essence et du salaire minimum s’estompent au premier trimestre de 2019, tandis que les effets des contre-mesures prises à la suite de l’imposition de droits de douane devraient se dissiper d’ici la fin de 2019. L’inflation devrait ensuite se maintenir [à] près de 2 %, ce qui cadre avec une économie tournant près de son potentiel. »

La Banque du Canada publiera son prochain rapport le 9 janvier.


Le panier d’épicerie

Le montant que les Canadiens consacrent à leur alimentation augmentera de 1,5 % à 3,5 % dans l’année qui vient, prévoit le Rapport canadien sur les prix alimentaires à la consommation 2019, publié par l'Université Dalhousie, à Halifax, et l'Université de Guelph, en Ontario.

Une famille de deux adultes et deux enfants devrait ainsi dépenser en moyenne 12 157 $ à l'épicerie, en 2019, soit 411 $ de plus qu’en 2018, notamment à cause de l'augmentation du prix des légumes. Les viandes, le poisson et les fruits de mer devraient toutefois coûter moins cher.


Immobilier

Le prix des maisons devrait continuer de se stabiliser, croient les experts.

« Les prix devraient être plus en phase avec les facteurs économiques fondamentaux, comme la croissance du revenu, de l’emploi et de la population », a prévu la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Le prix moyen des habitations inscrites au Multiple Listing Service (MLS) devrait varier en 2019 de 501 400 $ à 521 600 $, une fourchette moins importante que celle de 2018 (499 400 $ à 524 500 $).

« La croissance du prix MLS moyen a été forte au cours des deux dernières années, a rappelé la SCHL. Elle a été alimentée par la hausse des ventes de maisons individuelles de prix supérieurs conclues dans certains grands marchés. Mais durant l’année 2018, cet effet s’est estompé. En conséquence, et vu la hausse des coûts d’emprunt et la moindre augmentation du revenu, la croissance du prix MLS devrait ralentir cette année. »

Une maison de luxe à Terrebonne.Une maison de luxe à Terrebonne Photo : iStock

Impôts fonciers

Les taxes municipales varieront beaucoup d'un endroit à l'autre. Voici les hausses moyennes annoncées dans les 10 plus grandes villes du Québec.


Tarifs d’électricité

On ne saura qu'en mars prochain quelle sera l'ampleur de la hausse des tarifs d'électricité qui entrera en vigueur le 1er avril. La Régie de l'énergie devra répondre à Hydro-Québec, qui lui a demandé l'été dernier d'autoriser une augmentation de 0,8 % des tarifs. La société d'État avait noté qu'une telle hausse serait en deçà du taux d'inflation, comme le veut l'engagement qu'elle avait pris dans son plan stratégique 2016-2020, qu'elle respecte depuis quatre ans.

Pour 2018, Hydro avait souhaité imposer une majoration de 1,1 %, mais la Régie l'avait limitée à 0,3 %.


Tarifs de transport en commun

L'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) prévoit une hausse d'environ 2 % au 1er juillet prochain, pour toutes les sociétés de son territoire, ce qui comprend le Réseau de transport de Longueuil (RTL), la Société de transport de Laval (STL), la Société de transport de Montréal (STM) et exo.

À Québec, le Réseau de transport de la capitale (RTC) a indiqué à la mi-décembre que la hausse de juillet serait « en deçà de l’inflation pour une deuxième année consécutive ». Le RTC ne précisera cependant la teneur de l'augmentation qu'au printemps.

À la Société de transport de l'Outaouais (STO), la hausse moyenne sera d'environ 1 % dès le 1er janvier. Le titre mensuel pour adultes augmentera donc de 1 $, s'établissant à 98 $.

Les tarifs augmenteront aussi à Saguenay. Le coût du laissez-passer mensuel passera de 68 à 70 $.

Deux autobus côte à côte.Autobus de la STS Photo : Radio-Canada

Permis de conduire et immatriculation

Les coûts du permis de conduire et de l’immatriculation ne changeront que modérément en 2019 pour la grande majorité des automobilistes, a indiqué la Société de l'assurance automobile (SAAQ). Seuls les frais administratifs, les droits versés au ministère des Finances et les droits d'utilisation du réseau routier seront majorés de 1,71 %.

Le coût du permis de conduire des classes 1 à 5 augmentera ainsi de 84,29 $ à 84,69 $. Pour les classes 6, 6B et 6C, il atteindra 91,73 $.

L'immatriculation d'un véhicule de promenade se chiffrera à 224,04 $. Les propriétaires de véhicules immatriculés sur l'ensemble du territoire de l'île de Montréal doivent cependant acquitter une taxe supplémentaire de 45 $ visant à financer le transport collectif, ce qui porte le total en 2019 à 269,04 $.


Taxe « Netflix »

Le Québec deviendra la première province canadienne à percevoir la TVQ sur les services en ligne. Cela touchera notamment Netflix. La plateforme de diffusion en ligne, qui a déjà annoncé en novembre dernier la plus forte hausse de ses tarifs au Canada, coûtera encore un peu plus cher : elle percevra dorénavant la taxe de vente du Québec (TVQ) auprès de ses clients québécois.

Et il ne s'agira pas de la seule plateforme numérique à le faire, car le dernier budget du gouvernement provincial prévoit la mise en place d'un nouveau service d'inscription au fichier de la TVQ, visant à assurer l'équité fiscale entre les fournisseurs hors Québec et les entreprises québécoises en ce qui concerne la perception de la taxe. Cette mesure entre en vigueur avec la nouvelle année.

De son côté, Ottawa n'oblige toujours pas la perception de sa taxe sur les produits et services (TPS).


Services de garde

Le gouvernement Legault a annoncé au début de décembre, dans son énoncé économique, un gel temporaire de l’indexation des tarifs. Pas d'augmentation, donc.

Mais en ce qui concerne l’abolition complète de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants, promise en campagne électorale, il faudra attendre au moins au prochain budget.


Allocation familiale

Dès janvier, le gouvernement caquiste remettra un montant supplémentaire maximal de 500 $ par enfant pour les deuxième et troisième enfants d’une même famille.

Le gain diminuera toutefois de manière importante pour le deuxième enfant dès que le revenu familial atteindra 108 000 $ et pour le troisième lorsqu'il atteindra 123 000 $.

Des enfants jouent avec des blocs en mousse.Le projet se nommera : Accrocheur-cœur, centre de pédiatrie sociale en communauté Gaspésie-Sud. Photo : iStock

Rentes

Le Régime de rentes du Québec a été bonifié cette année.

« Le nouveau régime comprend une augmentation du taux de remplacement du revenu, qui passera de 25 % à 33,33 %, de même qu'une augmentation du salaire admissible maximal jusqu'à ce qu'il atteigne 114 % du maximum des gains admissibles », a précisé Retraite Québec.

Indexées chaque année en fonction de l'inflation, les rentes augmenteront de 2,3 % en janvier.

Les cotisations au régime de base resteront les mêmes en 2019, à 10,8 %, soit une part de 5,4 % payée par l'employée et une autre égale payée par l'employeur.


Salaire minimum

Le salaire minimum demeurera à 12 $ l'heure (9,80 $ pour les emplois à pourboire) au moins jusqu'au 1er mai, moment de l'année où il est généralement révisé.


Assurance-emploi

Pour ce qui est de l'assurance-emploi, la cotisation demandée aux travailleurs québécois diminuera de 0,05 $ pour se situer à 1,25 $ par tranche de 100 $ de salaire assurable, pour une contribution annuelle maximale de 663,75 $. La cotisation réclamée aux employeurs sera de 1,75 $ par tranche de 100 $ de salaire assurable, pour une contribution annuelle maximale de 929,25 $.

Le maximum de la rémunération assurable passera à 53 100 $, contre 51 700 $ en 2018.


Aide sociale

Les prestations des personnes inaptes au travail augmenteront à partir de janvier.

Par exemple, la prestation mensuelle d'une personne seule présentant des contraintes sévères à l'emploi et ayant bénéficié du Programme de solidarité sociale pendant 66 mois sur une période de 72 mois, qui est était jusqu'ici de 1035 $, sera bonifiée de 72 $. Pour un ménage de deux adultes, la hausse sera de 42 $.

Des hausses similaires sont prévues pour les cinq prochaines années.

Québec a également fait part d'autres mesures, à la mi-décembre, notamment une augmentation de 100 $ des exclusions de revenus de travail pour les personnes seules et de 200 $ pour les ménages comptant deux adultes, et la création d'une exclusion de 100 $ pour les dons en argent qu'elles pourraient recevoir.

Précision :

Une version antérieure de cet article laissait entendre que l'augmentation de 72 $ s'appliquait à tous les prestataires, ce qui n'est pas le cas. Nous avons modifié le texte en conséquence.


Postes Canada

Postes Canada haussera ses tarifs à partir du 14 janvier.

Les frais de port pour les envois de lettres pesant jusqu’à 30 g à l'intérieur des frontières du pays passeront de 0,85 $ à 0,90 $ pour les timbres achetés en carnet, en rouleau ou en feuillet, et de 1,00 $ à 1,05 $ pour ceux achetés à l'unité, a indiqué Postes Canada.

Les autres augmentations de tarifs concernant le courrier à l'intérieur du pays varieront de 0,05 $ à 0,35 $ selon la taille et le poids de la lettre ou du colis et le service choisi.

Un envoi aux États-Unis coûtera de 0,07 $ à 0,20 $ de plus, tandis que la hausse pour le courrier outre-mer se situera entre 0,15 $ et 0,20 $.

Il est possible d'éviter l’augmentation en se faisant une réserve de timbres permanents avant le 14 janvier.

Consommation

Économie