•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec et Montréal s'entendent pour développer l’est de la ville

Valérie Plante et Chantal Rouleau en conférence de presse
Valérie Plante et Chantal Rouleau ont signé la Déclaration pour revitaliser l'est de Montréal. Photo: Radio-Canada
Isabelle Montpetit

Le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal travailleront main dans la main pour développer les quartiers de la ville situés à l'est du boulevard Pie-IX. La rénovation de la rue Notre-Dame et la décontamination des sols sont au programme.

« Sur le plan de l’aménagement, l’est de Montréal est un territoire mal aimé, trop longtemps négligé, mal exploité, mal desservi », a lancé d'entrée de jeu la ministre déléguée aux Transports et responsable de la Métropole et de la Région de Montréal, Chantal Rouleau, en conférence de presse pour présenter cette vision commune.

La démarche pour relancer cette zone, qui se poursuivra sur plusieurs années, vise à favoriser la « mobilité durable » et à assurer une « transition économique et durable ».

Les deux ordres de gouvernement s’engagent à « consolider une vision commune, intégrée et innovante » pour ce « territoire à fort potentiel de développement », peut-on lire dans un communiqué publié à l’occasion de la signature d’une Déclaration pour revitaliser l’est de Montréal par la mairesse Valérie Plante et la ministre Rouleau.

Transport

Afin d’amorcer les travaux prévus sur la rue Notre-Dame, le gouvernement, la Ville et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) travailleront de concert au sein d’un bureau de revitalisation de cette artère.

« Nous travaillerons à créer un boulevard urbain et moderne du pont Jacques-Cartier jusqu'à la pointe de l'île. Notre objectif est de rationnaliser les activités de camionnage et de transformer la rue Notre-Dame en un axe de transport fluide », a indiqué la ministre.

La rue sera bordée par « un mode de transport tel que le tramway, moderne et électrique », a-t-elle ajouté, précisant que l'ARTM travaillait déjà à identifier la technologie la plus appropriée, qui ne serait pas un autobus, mais pas nécessairement un tramway.

La ministre Rouleau a indiqué que son gouvernement allait également poursuivre les projets du prolongement de la ligne bleue du métro jusqu’à Anjou, du service rapide par autobus (SRB) sur le boulevard Pie-IX jusqu’à la rue Notre-Dame, dont les travaux sont déjà commencés, et des autobus hybrides supplémentaires dans l’est.

Elle a aussi indiqué qu’une navette fluviale serait déployée entre Pointe-aux-Trembles et le centre-ville, un projet qu’elle avait à cœur lorsqu’elle était mairesse de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Transition économique et durable

Des conteneurs sont déchargés d'un bateau au port de MontréalLe développement de la zone industrialo-portuaire de Montréal fait partie des priorités de la Ville de Montréal et du gouvernement du Québec. Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Dans l’est, de nombreux terrains qui auraient un fort potentiel de développement sont malheureusement contaminés. Le gouvernement et la Ville ont entrepris une démarche pour les identifier et procéder le plus rapidement possible à leur décontamination, « afin de les rendre disponibles à des entreprises innovantes et pour le développement de projets porteurs », a précisé Mme Rouleau.

On veut également déterminer les besoins en infrastructures pour l'eau, l'électricité et le transport routier.

Le développement du port de Montréal et des zones industrielles qui l’entourent fait aussi partie des priorités mentionnées par la ministre.

On veut notamment aménager les voies de circulation de telle sorte que les camions puissent y entrer et en sortir sans alourdir la circulation.

Aucun échéancier n'a été donné pour ces travaux.

L'opposition s'interroge sur le moment choisi

Le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville, Lionel Perez, appuie la signature de cette entente. Il se demande toutefois pourquoi cette annonce a été faite deux jours avant les élections partielles pour la mairie d'arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles et pour un siège de conseiller pour le district de Saint-Michel, dans l'arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension.

« Il n'y avait aucune urgence pour le faire, d'autant que la plupart des éléments de la déclaration d'aujourd'hui avaient déjà fait l'objet d'annonces préalables. Comme elle l'a fait il y a quelques jours avec le réaménagement du boulevard Gouin Est, la mairesse Plante tente de tirer avantage d'annonces politiques touchant l'est de l'île dans un but électoraliste », écrit-il dans un communiqué.

Questionnée à ce sujet, la ministre Rouleau, dont l'ancienne chef de cabinet se présente pour Projet Montréal à la mairie de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles, a nié tout lien entre la date de l'annonce et celle de l'élection partielle. Elle a affirmé qu'il était important pour elle que sa première annonce concerne l'est de Montréal et que, plus tard, son emploi du temps et celui de la mairesse n'auraient pas concordé.

L'opposition a porté plainte la semaine dernière auprès du directeur général des élections parce qu'elle estime que Valérie Plante a utilisé les fonds publics pour promouvoir une candidature politique lorsqu'elle a annoncé la réfection du boulevard Gouin Est.

Grand Montréal

Politique municipale