•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mise en service de Romaine-4 retardée d'un an

Le chantier de Romaine-4
Le chantier de Romaine-4 Photo: Hydro-Québec

Hydro-Québec retarde d'un an la mise en service de la centrale hydroélectrique Romaine-4, qui était prévue pour 2020.

Un texte de Laurence Royer

Le conseiller en communication de la société d’État, Francis Labbé, explique que ce retard est notamment dû à la friabilité du roc sur le site du chantier. On a découvert un roc particulièrement friable qui a fait en sorte qu’il a fallu, par moments, reprendre certains travaux, explique-t-il. En 2017, les travaux ont été suspendus au chantier pour permettre à Hydro-Québec d'analyser la composition du sol et de trouver de nouvelles avenues afin de réaliser les travaux.

Par ailleurs, des accidents de travail ont également forcé Hydro-Québec à revoir ses méthodes. En 2016, une paroi rocheuse s'était écroulée sur un travailleur, qui a trouvé la mort. Les travaux avaient été arrêtés à la suite de cet événement.

On a tout arrêté pour prendre le temps de regarder ce à quoi on était confronté.

Francis Labbé, conseiller en communication pour Hydro-Québec

La société d’État a aussi modifié les normes de santé et de sécurité au travail sur le chantier.

Deux travailleurs sont morts sur le chantier de Romaine-4 en 2016. Depuis le début des travaux en 2009, quatre travailleurs ont perdu la vie.

300 millions supplémentaires

Le report de la mise en service entraînera une hausse de 4,6 % du coût total du projet, soit d’environ 300 millions de dollars. Francis Labbé assure que cette augmentation du coût des travaux n’aura pas d’incidence sur la tarification des abonnées.

La prolongation des travaux permettra toutefois de maintenir les emplois de 1000 personnes, dont 500 qui viennent de la Côte-Nord, pour une année supplémentaire.

Inquiétudes en Minganie

Le préfet de la MRC de Minganie, Luc Noël, s'inquiète pour les redevances qui devaient être versées aux différentes municipalités de la région. Il affirme être en discussion avec Hydro-Québec à ce sujet.

On parle de 3,7 millions de dollars, répartis sur l'ensemble des municipalités, dit-il. C'est sûr que ça vient influencer énormément les budgets des municipalités et par le fait même, les citoyens des municipalités aussi.

Luc Noël demande que les redevances soient versées aux municipalités en 2020, comme prévu, plutôt que lors de la mise en service en 2021. Francis Labbé affirme qu'Hydro-Québec est ouverte à entendre les préoccupations du milieu à cet effet. Il ajoute qu'une rencontre est prévue pour le début de l'année 2019.

Côte-Nord

Énergies renouvelables