•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17 aquacultures seront éliminées dans l'archipel de Broughton en Colombie-Britannique

Des saumons sont en train de nager.
La transition permettra d’assurer une certitude pour l'industrie tout en travaillant à protéger la santé des saumons sauvages dans l’archipel Broughton, selon le premier ministre John Horgan. Photo: CBC

D'ici 2023, 17 aquacultures à enclos ouverts de l'archipel de Broughton, en Colombie-Britannique, seront éliminées, d'après une entente conclue entre les Premières Nations et le gouvernement provincial.

La décision fait partie d’une série de recommandations conclues après des consultations entre la province et les Premières Nations Kwikwasut'inuxw Haxwa'mis, Namgis et Mamalilikulla.

« Nos gouvernements ont travaillé de pair pour aider à revitaliser et à protéger le saumon sauvage et offrir une meilleure certitude économique à certaines communautés et à leurs travailleurs », indique le premier ministre, John Horgan, dans un communiqué vendredi.

Cette entente touche presque tous les sites d’aquacultures de la région, une route migratoire clé pour les saumons au nord-est de l’île de Vancouver. Trois sites qui se trouvent à l'extérieur du territoire des Premières Nations ne se trouvent pas dans les recommandations.

Certaines aquacultures doivent cesser leurs activités immédiatement alors que d’autres peuvent les poursuivre pendant deux ou quatre ans.

Un homme traîne un bac à l'aquaculture Okisollo près de Campbell River en C.-B. Les deux compagnies d’aquacultures qui sont dans la région, Cermaq Canada et Marine Harvest Canada, ont accepté les recommandations. Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Les deux compagnies d’aquacultures qui sont dans la région, Cermaq Canada et Marine Harvest Canada, ont accepté les recommandations.

Le plan prévoit toutefois que les Premières Nations puissent permettre aux compagnies de poursuivre leurs activités au-delà de 2023.

Selon ce plan, les Premières Nations seront aussi responsables du processus d’inspection durant la transition.

En juin, les Premières Nations ont signé une lettre d’entente avec la province. Elle stipule que la prise de décision au sujet de l’avenir des salmonicultures dans l’archipel de Broughton se fera de concert entre les trois Premières Nations et le gouvernement provincial.

Avec les informations de Megan Thomas, CBC News

Colombie-Britannique et Yukon

Environnement