•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le Téléjournal de Bernard Derome

    Bernard Derome, à son bureau, l'air pensif.
    Le journaliste Bernard Derome s'est joint à l'équipe du Téléjournal à l'automne 1970. Photo: Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty
    Radio-Canada

    Il y a 10 ans, le chef d'antenne Bernard Derome animait son dernier Téléjournal. Nos archives permettent de retracer le parcours de cette grande figure de Radio-Canada à la barre du bulletin de nouvelles national.

    C'est en pleine crise d'Octobre que Bernard Derome fait ses premières apparitions au Téléjournal. Notre première archive qui en témoigne date du 20 octobre 1970.

    Téléjournal, 20 octobre 1970

    Ce soir-là, il ouvre le bulletin de nouvelles avec un reportage sur les funérailles de Pierre Laporte. Le samedi précédent, le ministre québécois du Travail et de l'Immigration avait été assassiné par des membres du Front de libération du Québec (FLQ).

    S’il est débutant au Téléjournal, Bernard Derome n’en est pas à ses premières armes à la télévision de Radio-Canada.

    Bernard Derome a 19 ans lorsqu'il commence sa carrière « radio-canadienne » à la station CJBR de Rimouski, en 1963. Deux ans plus tard, il se retrouve annonceur à Ottawa, puis à Montréal.

    Aujourd'hui, 22 juillet 1968

    Dès 1966, il réalise ses premières entrevues à l'émission Aujourd'hui, animée par Wilfrid Lemoine et Michelle Tisseyre. Il touchera à tous les sujets, de l’arrivée de la télévision à Havre-Saint-Pierre à des détenus du centre correctionnel de Laval qui suivent des cours d’informatique.

    Notre extrait du 22 juillet 1968 le présente dans un contexte plus léger. Dans ce vox pop, Bernard Derome interroge des Montréalais sur les meilleures façons de se rafraîchir au cours d’une canicule. Le journaliste se laisse d’ailleurs tenter par un jus de l’Orange Julep!

    Dans une salle de nouvelles, l'animateur Bernard Derome, est assis à un bureau sur lequel il y a plusieurs appareils de téléphone. À l'arrière-plan, on voit des classeurs appuyés au mur où des téléviseurs sont accrochés.Le journaliste Bernard Derome dans la salle des nouvelles, en 1973 Photo : Radio-Canada / André Le Coz

    Au tournant des années 70, Bernard Derome se joint à l’équipe de l’information. Avant de prendre quotidiennement la barre du Téléjournal, il anime le bulletin de nouvelles Ce soir pour la région métropolitaine.

    Puis, le 5 septembre 1978, il devient officiellement le chef d’antenne du Téléjournal diffusé d’un océan à l’autre.

    Une profession inédite fait également son entrée dans cette formule renouvelée du journal télévisé. La météorologue Jocelyne Blouin, une scientifique recrutée au sein d'Environnement Canada, présente désormais un bulletin météo à la fin du Téléjournal.

    Dans un studio de télévision, la météorologue Jocelyne Blouin est debout,
pointant une carte du Québec devant l'animateur et journaliste Bernard Derome, qu'on voit de dos, assis à un pupitre.Le premier bulletin météo de la météorologue Jocelyne Blouin a été diffusé le 5 septembre 1978. Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

    Le 18 décembre 2008, lorsqu’il quitte définitivement l’animation du Téléjournal, Bernard Derome aura présenté ce grand rendez-vous de fin de soirée pendant plus de trente ans.

    Durant ces années, Bernard Derome a animé plus d’une vingtaine d'émissions lors d'élections provinciales et fédérales, sans compter la couverture de trois référendums et une multitude d'émissions spéciales sur des sujets de l'heure.

    Tout Canadien de langue française connaît sa phrase fétiche « Si la tendance se maintient » prononcée lors des soirées électorales.

    Bonsoir Bernard Derome, 18 décembre 2008

    Dans cette émission spéciale diffusée le soir de son départ, l’animateur Michel Désautels revisite avec lui les grands événements qu’il a couverts au cours de sa carrière.

    « Il est certain que j'en ai élu des gens, j'en ai défait aussi », raconte Bernard Derome sur fond d’archives de soirées électorales. « J'en ai marié, j'en ai enterré ». « J'ai presque envie de vous dire que j'en ai ressuscité », ajoute-t-il même en faisant référence aux retours en politique de Pierre Elliott Trudeau et Robert Bourassa.

    Bernard Derome témoigne avoir assisté à une accélération de l’histoire. L’élection d’un premier Afro-Américain à la présidence des États-Unis, l’ouverture de la Chine et la chute du mur de Berlin font partie de ses moments forts à la barre du Téléjournal.

    Il revient plus longuement sur certains événements marquants pour le Québec. La crise d'Octobre qui l’a propulsé au Téléjournal, la soirée électorale du 15 novembre 1976 qui a vu un premier gouvernement indépendantiste prendre le pouvoir et le référendum de 1995.

    Je n’oublierai jamais les trois minutes avant d’aller en ondes. On était quand même nombreux en studio. Il n’y a pas un mot qui se disait. Je n’ai jamais entendu un tel silence. Je n’ai jamais vécu une atmosphère aussi lourde que celle-là. C’était presque affolant!

    Bernard Derome, sur la soirée du référendum de 1995
    Dans un studio de télévision, l'animateur Bernard Derome, assis à une table, tient une feuille dans une main et le poing de son autre main dont l'index est allongé, est appuyé sur sa tempe.L'animateur Bernard Derome lors de la soirée électorale du 25 septembre 1989. Photo : Radio-Canada / Robert Baron

    Des émissions spéciales, il en a animé pour des moments historiques, comme pour des drames. Bernard Derome relate la tragédie de Swissair à Peggy’s Cove, la démission de Mikhail Gorbatchev, les fusillades de Polytechnique et Dawson, la guerre du Golfe et le 11 septembre 2001.

    Il confie avoir été bouleversé par ces événements qu’il a couverts en prenant le temps de trouver les bons mots et le ton approprié.

    Ça prend un certain temps malgré tout d’être vraiment soi-même à faire ce métier.

    Bernard Derome sur ses débuts au Téléjournal

    Le temps est d’ailleurs selon lui la clé dans ce métier qui évolue dans le tumulte de l’information en continu.

    « Je suis un homme passionné et j’espère que je suis un homme de cœur », conclut-il à la fin de l’entretien.

    Derome tire sa révérence... une première fois

    Fait à noter, Bernard Derome n’a pas animé le Téléjournal sans interruption jusqu'en 2008.

    Au printemps 1998, le chef d’antenne avait tiré sa révérence une première fois, laissant son siège au présentateur Stéphan Bureau.

    Téléjournal, 17 juin 1998

    En cette soirée du 17 juin 1998, Bernard Derome présente le Téléjournal comme il le fait depuis deux décennies. Puis, le dernier reportage terminé, il prend la parole, remercie le public et son équipe. Il maîtrise son émotion presque jusqu'au bout, son regard bleu fixé sur la caméra.

    S'il quitte le rendez-vous quotidien de 22 heures, Bernard Derome continue d'animer des émissions pour Radio-Canada : l'hebdomadaire 5 sur 5, la quotidienne Le monde et l'émission radiophonique dominicale Des idées plein la tête. On fait aussi appel à lui pour des émissions spéciales en tout genre.

    Un retour en grande pompe

    Puis, en mars 2004, la direction de la Société Radio-Canada annonce son retour à la barre du Téléjournal.

    Depuis septembre 2003, Gilles Gougeon animait le bulletin de nouvelles national dans une nouvelle formule plus conviviale. Les changements n’avaient cependant pas fait recette.

    Désautels (audio), 15 mars 2004

    Le 15 mars 2004, l’émission radio Désautels souligne à grands traits les retrouvailles de Bernard Derome avec l’équipe du Téléjournal. Le journaliste Étienne Leblanc relate cette journée « avec beaucoup d'électricité dans l'air » à l’animateur Michel Désautels.

    Téléjournal, 18 décembre 2008

    C’est finalement quatre ans plus tard, le 18 décembre 2008, que Bernard Derome fait ses véritables adieux au Téléjournal. C’est la journaliste et correspondante Céline Galipeau qui prendra sa relève comme chef d’antenne.

    Ce dernier Téléjournal, je le signe avec sérénité et avec reconnaissance. Reconnaissance d'abord envers vous pour toutes ces années où vous m'avez permis d'entrer chez vous. Merci pour votre confiance, pour votre fidélité, que nous avons voulu honorer en retour par le souci de présenter une information qui soit respectueuse de votre intelligence, une information qui a un sens. Pour moi comme pour beaucoup d'autres, Radio-Canada est et reste la référence en information.

    Le chef d'antenne Bernard Derome
    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société