•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nomination de Tobi Nussbaum à la CCN : son ancien adversaire veut le remplacer dans Rideau-Rockcliffe

Une carte de la ville d'Ottawa montre l'emplacement du quartier Rideau-Rockcliffe.

Tobi Nussbaum avait remporté l’élection de 2014 avec 47 % des suffrages.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec la nomination de Tobi Nussbaum au poste de premier dirigeant de la Commission de la capitale nationale (CCN), le quartier Rideau-Rockcliffe à Ottawa se retrouve sans conseiller, deux mois après le scrutin municipal. L'ancien adversaire du conseiller sortant a déjà le poste dans sa mire.

M. Nussbaum n’avait qu’un seul rival lors de l’élection du 22 octobre dernier : Peter Heyck. Celui qui prendra les rênes de la CCN en 2019 l’a emporté haut la main, avec 80,52 % des voix.

La défaite n’a toutefois pas refroidi les ardeurs de M. Heyck, qui a confirmé vendredi qu’il se relancera dans l’arène politique.

Je crois que les résidents de Rideau-Rockcliffe méritent une voix forte à l’Hôtel de Ville, souligne M. Heyck dans un échange de courriels.

Je suis content pour Tobi et cette nouvelle étape dans sa carrière [...] mais je trouve dommage qu’il démissionne moins de deux mois après son élection. J’imagine que d’autres résidents de Rideau-Rockcliffe sont aussi déçus , ajoute l’aspirant-conseiller.

Même si M. Nussbaum a été réélu avec une majorité considérable, le taux de participation, lui, était famélique : seuls 37,15 % des électeurs se sont présentés aux urnes. Courtiser l’électorat et l'encourager à voter sera donc un défi de taille pour M. Heyck.

J’ai appris que je ne peux pas travailler à temps plein et mener une bonne campagne. Je crois donc que je devrai prendre congé du travail au moins un mois pour concentrer 100 % de mes efforts sur ma campagne, reconnaît celui qui a aussi brigué le poste de conseiller du quartier Bay en 2010.

M. Heyck, qui demeure dans Rideau-Rockcliffe depuis près de 25 ans, croit que du porte-à-porte intensif et la rencontre du plus d’électeurs possible pourront permettre de susciter suffisamment d’intérêt pour la course municipale.

Des centaines de milliers de dollars pour une course

Advenant que d’autres candidats se manifestent, le Bureau du greffier municipal de la Ville d’Ottawa estime qu’une élection partielle pourrait coûter environ 500 000 $ aux contribuables.

M. Heyck est d’avis qu’il faudrait que la Ville nomme le successeur de M. Nussbaum, ce qui éviterait des dépenses importantes, selon lui.

Je crois aussi qu’il est important de procéder par nomination pour que les citoyens puissent avoir un représentant le plus tôt possible. Si Tobi démissionne officiellement en janvier, son siège sera vacant jusqu’en avril ou en mai, renchérit-il.

Le greffier et avocat général de la Ville d’Ottawa, Rick O’Connor, a précisé dans un courriel à CBC que le conseil municipal n’a pas encore déterminer s’il déclenchera une élection ou si le prochain représentant de Ridea-Rockcliffe sera nommé.

Avec les informations de CBC

Ottawa-Gatineau

Politique municipale