•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démolition du pont de Dolbeau-Mistassini : le MTQ soucieux de l'environnement

Des travailleurs et de la machinerie s'activent sur l'ancienne structure.
Des travailleurs procèdent à la démolition du pont de Dolbeau-Mistassini. Photo: Radio-Canada / Mélissa Paradis
Radio-Canada

C'est dans un souci particulier pour l'environnement que le ministère des Transports du Québec (MTQ) s'affaire depuis novembre à démanteler l'ancien pont qui enjambe la rivière Mistassini, à Dolbeau-Mistassini. Chaque opération a été planifiée afin de minimiser les répercussions sur la nature.

Un texte de Mélissa Paradis

Cette opération est devenue nécessaire alors qu'un nouveau pont a été construit tout près de l'ancienne structure. Le MTQ a choisi de procéder en hiver en raison du bas niveau du cours d'eau. Dans le fond, ils ont commencé par enlever les garde-corps, explique l'ingénieure et chargée de projet, Caroline Lalancette. Ils scient la dalle. Une fois que la dalle est enlevée, ils enlèvent les poutres. Ils y vont vraiment au fur et à mesure, travée par travée , ajoute-t-elle.

Respect de l'environnement

L'opération est menée avec beaucoup de prudence dans le but de respecter l'environnement. Le béton est arrosé pour diminuer les poussières. Des bâches permettent de récupérer les débris. Même la machinerie est choisie en conséquence.

On demande de la machinerie avec de l'huile hydraulique environnementale. C'est de l'huile biodégradable qui est dans la machinerie. Les machines sont quand même au diesel. Si jamais il arrive une fuite d'hydrocarbures, on a des trousses de récupération qui sont présentes.

Denis Gagnon, technicien en environnement au MTQ

L'acier récupéré sera ensuite recyclé. Le béton concassé servira de matériau de remplissage ou de gravier pour les routes.

Une bâche est suspendue au-dessus de l'armature du pont.Les bâches qui recueillent les débris tombant du pont sont déplacées au fur et à mesure de la déconstruction du pont. Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

L'expertise du MTQ

Cette expertise, le MTQ la doit notamment à la construction de la route 175, dans la réserve faunique des Laurentides. On touchait beaucoup dans l'habitat du poisson et de la grande faune, explique Denis Gagnon. Donc, les devis ont été adaptés en conséquence. Depuis ce temps-là, on a un guide environnemental au ministère des Transports, ajoute-t-il.

Si tout va comme prévu, il ne restera aucune trace de l'ouvrage. Des arbres seront d'ailleurs plantés pour embellir les berges.

La démolition pourrait se prolonger jusqu'en février, au plus tard.

Saguenay–Lac-St-Jean

Transports