•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du lait, du poisson et du fromage en vrac : des commerces en font plus pour réduire les déchets

Un homme rempli une bouteille de verre avec du lait en fut.

Pour réduite les déchets, le commerce Mr. Vrac de Drummondville propose aux clients le lait en fût.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Si plusieurs n'hésitent pas à apporter leurs pots dans les commerces pour les remplir de riz, de farine ou de céréales, voilà qu'il est maintenant possible de faire de même pour le poisson, le fromage et même le lait! Des commerces de l'Estrie et du Centre-du-Québec font un pas de plus pour aider les consommateurs à réduire leur empreinte environnementale.

Même s'ils sont encore peu nombreux à offrir la possibilité aux clients d'apporter leurs propres contenants pour y mettre leurs achats, la chose traduit tout de même un mouvement de fond.

Au Marché de poisson de Sherbrooke, fondé il y a 50 ans, on constate que les temps ont bien changé. Nous offrons des sacs aux gens et ils nous disent qu'ils n'en veulent pas, donne en exemple le propriétaire, Jacques Beauvin.

Ce dernier soutient même qu'il achète deux fois moins de sacs qu'il y a quelques années. Même qu'il n'est pas rare que des clients demandent de mettre leurs achats dans leurs plats de plastique qu'ils ont apportés.

Si répondre au souhait des clients demande quelques ajustements, le commerce n'a pas hésité à s'engager.

On est obligés, chaque fois, de peser le plat vide et de le passer à l'eau. Ça prend quelques secondes de plus, mais il faut le faire : on n'a pas le choix parce que la planète ne va pas bien.

Réjean Quintal, commis poissonnier au Marché de poisson de Sherbrooke
Une affiche jaune sur laquelle il est inscrit en vert que le commerçant offre cinq pour cent de rabais aux consommateurs qui apportent leurs contenants ou leurs sacs réutilisables.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pour diminuer l'utilisation de sacs de plastique, de plus en plus de commerçants encouragent l’utilisation de contenants ou de sacs réutilisables.

Photo : Radio-Canada

Même constat à la Fromagerie de la Gare où le propriétaire offre même un incitatif aux amateurs de fromages qui apportent leurs contenants : leur facture sera réduite de 5 %.

Il y a un an, j'avais zéro client qui faisait ça. Là, je peux en avoir une vingtaine par semaine. Si on continue à ce rythme-là, dans deux ou trois ans, le mouvement sera assez grand. C'est beau de voir ça! raconte fièrement le propriétaire de l'endroit, Ghislain Paquet.

Un plat de plastique dans lequel se trouve un morceau de fromage est installé sur une pesée à aliment.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les commerçants sont de plus en plus nombreux à accepter que les clients apportent leurs contenants pour y mettre leurs achats.

Photo : Radio-Canada

Après les nettoyants et les produits secs, le lait en fût

Chez Mr. Vrac à Drummondville, la réduction des déchets est au coeur de la mission de l'entreprise. Après les nettoyants puis les produits secs, le commerçant propose depuis peu le lait en fût grâce à une association avec la Laiterie Chagnon de Waterloo.

Les clients apportent leurs propres bouteilles, préalablement lavées, ou ils s'en procurent sur place. Il en coûte 1,80 $ le litre pour le vrac alors qu'il faut débourser entre 1,73 $ et 1,89 $ pour la même quantité dans les contenants traditionnels.

Pour l'instant, le commerce offre du lait 2 % et du lait au chocolat, mais on travaille à introduire des laits végétaux, entre autres.

Il n'y a pas une grande rentabilité, mais nous tenions à l'offrir à notre clientèle. C'est un service qui permet de réduire considérablement le nombre de sacs qui sont jetés.

Israël Poulin, propriétaire de Mr Vrac

Mais mettre un tel système en place n'est pas aussi simple que pour le vrac sec. C'est plus compliqué parce qu'il faut des permis et avoir suivi un cours, tandis que ce n'est pas nécessaire pour les aliments en vrac et les aliments secs parce que les gens se servent eux-mêmes. On n'a pas besoin des mêmes permis, explique M. Poulin.

Malgré tout, le propriétaire de Mr. Vrac a persisté dans son idée d'offrir du lait en fût. Quand on a vu que ça correspondait à ce que le marché demandait on a travaillé fort pour l'offrir à nos clients.

Dans le même esprit, le commerçant compte bientôt offrir du beurre en vrac.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Consommation